grignotage

Pourquoi et comment limiter le grignotage

En cette période anxiogène, le grignotage constitue souvent un refuge idéal. Un besoin de manger sans faim, sans fin. Une mauvaise habitude, à freiner avec ces quelques conseils pratiques.

Reading Time: 2 minutes

Manger juste par habitude, ou pour combler un vide, un stress. Une pratique qui nous concerne tous un peu non ? Qui n’a pas de barre de chocolat ou de bonbons dans le tiroir de son bureau ou dans son sac ? Du grignotage qu’il convient pourtant de freiner pour s’éviter diverses pathologies.

Pourquoi ce grignotage ?

Comme l’explique Martine Jeandrain, nutritionniste : « la faim constitue rarement la première raison de puiser dans cette nourriture abondante et mise à disposition. La plupart du temps, le réflexe de grignoter relève d’une sensation d’ennui ou d’un besoin de calmer un état de stress. On se met alors à manger tout et n’importe quoi, en réaction. Des aliments peu positifs pour notre santé, mais qui ont un effet bienfaiteur pour calmer un trouble momentané. Quelques carrés de chocolat noir grignotés ne vous mettront pas en dangerCe qui est important aussi, c’est de déceler les raisons qui nous poussent à la consommation de ces snacks. Est-ce un vide affectif ? Un souci personnel ou professionnel ? Des raisons qui peuvent réclamer une consultation avec un spécialiste. »

Pourquoi faut-il limiter le grignotage ?

Une question loin d’être anodine pour s’éviter bien des soucis de santé. « La liste des effets néfastes du grignotage sur la santé est longue comme le bras. Avec l’obésité en tête, mais suivie de près par de nombreux dangers tout aussi graves : une dentition en mauvais état du fait du sucre consommé en abondance. Des maladies inflammatoires chroniques qui résultent souvent d’un régime alimentaire hyperglucidique généré par le grignotage. Mais aussi un vieillissement prématuré, des risques cardiovasculaires et des carences. Cette friandise consommée à la place d’un fruit, par exemple, peut provoquer des carences nutritionnelles. Avec des migraines, de la fatigue, une peau terne et bien d’autres effets délétères à la clé. Sans parler du développement de certains cancers, notamment par la présence, et surtout, l’accumulation, d’additifs toxiques. Dont le fameux dioxyde de titane (E171) que l’on retrouve dans les bonbons. » rappelle Martine Jeandrain.

Cinq astuces anti-grignotage

  • Boire beaucoup d’eau. Pour se remplir l’estomac et provoquer un effet naturel de satiété.
  • Remplacer les friandises par des aliments plus sains et à l’effet satiété important. Comme la pomme, excellent coupe-faim et peu caloriques (52 calories aux 100 g). Ou une part de fromage blanc, un œuf dur ou quelques noix à glisser dans ses poches.
  • Eviter le grignotage devant un écran. Pris par un programme, on n’a pas conscience de la quantité de snacks consommée.
  • Ne pas sauter de repas, pour éviter la fringale de matinée ou de fin d’après-midi.
  • Se garantir un sommeil suffisant. Quel rapport ? Un déficit d’heures de sommeil génère notamment la production de ghréline. Une hormone à l’effet orexigène (qui provoque l’appétit). Moins l’on dort et plus la ghréline sera produite, avec l’envie exacerbée de manger, sans raison. Le manque de sommeil provoque aussi la production de cortisol, qui augmente, lui aussi, l’appétit.


© Fiftyandme 2023