les enfants quittent la maison

Les enfants quittent la maison : et si ça nous rendait plus heureux ?

Durant des décennies, notre progéniture a apporté du bonheur au quotidien. Une satisfaction accompagnée bien souvent de stress et de fatigue. Certes. Et maintenant que les enfants sont partis, le bonheur est presque total. L’un des résultats récemment dévoilés d’une étude allemande qui pourra vous surprendre.

Reading Time: 2 minutes

Les enfants quittent la maison : alors, heureux ?

Les enfants. Vaste sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. On les aime, sans nul doute. Mais force est de constater qu’ils peuvent nous donner des cheveux blancs, prématurément. Ils nous stressent, nous font peur parfois. Par leur comportement ou leurs agissements. Quand vient l’heure de quitter le nid, beaucoup de parents soufflent un bon coup. Et sourient : à nous la liberté, la paix et les projets à réaliser. Un sentiment de bonheur, parfois non assumé, connu par de nombreuses personnes de plus de 50 ans. Tanguy, parti!

Une étude bouleverse les idées reçues

Un état d’esprit étudié par le professeur Christoph Becker de l’université de Heidelberg en Allemagne. Son étude a ciblé le degré de bien-être des personnes plus âgées. Les résultats de ses recherches, récemment dévoilés, montrent notamment que les personnes de 50 ans et plus qui ont des enfants, se montrent satisfaites du départ de ceux-ci. Heureuses de savoir que leurs enfants sont devenus indépendants, financièrement et émotionnellement. Tout en restant à portée en cas de coups durs. Des liens sociaux rendus de plus en plus capitaux avec l’âge. Comme le prouvent également d’autres enseignements de l’étude, l’importance de la présence d’un conjoint et d’amis. Notamment.

L’étude du professeur Becker a tourné autour d’un échantillon de quelque 55.000 individus de plus de 50 ans sélectionnés dans plus d’une quinzaine de pays. Les personnes qui ont déclaré avoir des enfants devenus indépendant ont récolté un meilleur score que les autres. Ceci pour souligner l’influence positive des enfants, qui, parfois, peut ne pas être clairement visible quand ils sont encore à la maison.

Savoir que les enfants quittent la maison, le nid familial pour voler de leurs propres ailes procure généralement un sentiment de bien-être pour les parents. Moins sans doute pour les mères poules qui vont éprouver ce que nous avons déjà chroniqué auparavant, ce sentiment désarmant de nid vide. Parfois synonyme de période de blues.

Des liens conservés entre parents et enfants 

Savoir que les enfants ne sont plus sous notre toit mais toujours disponibles en cas de besoin constitue une poire pour la soif sentimentale bienvenue. Chacun chez soi, certes, mais avec les contacts conservés et la possibilité de les appeler à l’aide en cas de coups durs. Ceux qui accompagnent bien souvent la transition vers les années de vieillesse. Un souci informatique, un travail de bricolage… rien n’est plus rassurant de pouvoir compter sur ses enfants. Ce qui explique en partie le pourcentage de personnes en proie à la dépression plus faible parmi les parents. Quand les années passent, rien n’est plus profitable que des liens sociaux conservés.

Une étude qui doit certainement apporter un peu de baume au cœur des parents qui aspirent à plus de quiétude. Rassurez-vous, votre descendance quittera elle aussi la maison. Mais pas votre cœur. Les liens entre vous ne seront pas desserrés pour autant. De quoi vous rassurer quand vos vieux jours nécessiteront présence et dépendance.

Et vous, comment avez-vous vécu ce départ ?