retirer un parent de sa maison de repos

Retirer un parent de sa maison de repos, une bonne idée ?

En cette période de COVID-19, force est de constater que la situation dramatique vécue dans certains homes inquiète. Des familles se posent la question du bien-fondé de reprendre à la maison un aîné, le temps du confinement. Une hypothèse qui demande d’être bien étudiée.

Reading Time: 2 minutes

Des maisons de repos qui enregistrent de nombreux décès, une situation qui semble hors de contrôle dans ces lieux de vie, et ce dans les trois régions du pays. Il n’en faut pas plus pour que des familles, la vôtre peut-être, envisagent de retirer, certes provisoirement, un aîné de sa résidence. Un moment de panique ressenti pour la santé d’une mère, d’un père, d’un grand-parent… bien compréhensible. Mais faut-il y céder et prendre une décision qui peut être lourde de conséquences ?

Les professionnels peu favorables

Un sujet qui met manifestement mal à l’aise le milieu des maisons de repos. Interrogé, le responsable d’une asbl bien connue dans le Hainaut occidental n’a pas voulu être cité, tout comme le nom de l’établissement. Et ce malgré l’absence de cas avérés en son sein. Soit. Pour lui, retirer un résident n’est certainement pas une bonne idée même si elle reste possible à tout moment. Les résidents ont, de fait, toute liberté de sortir. Mais plus celle de revenir avant la fin du confinement. Oui, une famille peut reprendre un proche. Mais après, son retour se fera avec une période d’isolement. Par ailleurs, précise-t-il, « quant est-il des soins que la personne doit recevoir ? La famille devra se charger de trouver une infirmière. Et quid des conditions sanitaires et du risque de contamination en milieu familial ? Autant y penser avant. »

Retirer un parent de sa maison de repos : des défis à relever

Si votre proche est en relative bonne santé, suffisante pour quitter son home, d’autres points à surveiller se posent :

  • Une intimité à garder. Pourrez-vous l’assurer ? Pour vous comme pour votre parent.
  • Des conflits seront inévitables avec le temps, saurez-vous y faire face ?
  • Une distanciation à lui faire respecter. Difficile si vos enfants sont présents.
  • Combiner télétravail et accueil. Pourrez-vous réussir à gérer votre travail à domicile, la gestion d’enfants et celle d’une personne en plus ?
  • Un quotidien à adapter. Vos ressources sont-elles suffisantes ? Tant financières que psychologiques.
  • Assurer le confort de votre parent. Il vous faudra sans doute trouver une infirmière à domicile, adapter une chambre, veiller à sécuriser votre domicile.
  • Penser à des activités. Comme vous, la personne accueillie aura besoin de s’occuper. Et de courts moment de sortie accompagnée.
  • Expliquer à votre parent que la situation est provisoire. Et qu’il devra reprendre sa place dans sa résidence après cette période. Pas facile non plus.

Une décision finale prise collectivement

Si votre bienveillance se doit d’être saluée, la décision d’accueillir votre aîné chez vous se doit d’être longuement discutée en famille. Y compris avec votre hôte. Est-il réellement d’accord de quitter sa résidence ? Et d’être au centre de toute votre attention ?
Enfin, le risque existe que votre proche s’habitue à votre environnement et ne retrouve plus l’envie de rejoindre sa résidence. Le retour dans le home risque alors d’être pénible, pour lui comme pour vous.


© Fiftyandme 2021