Le zéro déchet, le minimalisme, la détox digitale : de nouveaux concepts de vie ?

La société actuelle nous convie insidieusement à consommer, trop selon certains. Trop de déchets, de gaspillages, de sollicitations, d’informations et d’objets inutiles encombrent notre quotidien, éloignant l’individu de son moi profond. Face à la crise écologique, de nouveaux concepts de vie émergent afin de recentrer nos besoins sur le strict minimum. Le but : la quête du bonheur en optant pour la simplicité et la sérénité, tout en faisant un geste pour l’environnement.

Le zéro déchet, une tendance en plein essor

Avec des poubelles qui regorgent de nourriture périmée, d’objets et de vêtements inutiles, le gaspillage de nos ressources devient de plus en plus alarmant.

Non seulement le traitement des déchets domestiques pollue la planète mais une telle surconsommation engrange des dépenses superflues.

De timides initiatives ont certes vu le jour pour remédier à cette accumulation de déchets (tri sélectif, matériaux recyclables, réutilisation des sacs de courses). Mais beaucoup de scientifiques estiment que cela n’est pas assez et que nos mauvaises habitudes sont trop ancrées dans notre quotidien. La tendance zéro déchet a réellement vu le jour grâce à des groupes adoptant un nouveau style de vie, impliquant une véritable réflexion et des solutions pour contrôler notre mode de consommation.

Béa Johnson, véritable papesse en la matière, a par exemple crée le mouvement « Zero Waste Home » qui s’est vite propagé dans le monde entier. Fabrication maison des produits d’entretien, réutilisation des emballages, achat en vrac, oublier les produits jetables : ces nouveaux réflexes réduisent en effet les déchets et s’inscrivent dans la mouvance du minimalisme.

Le minimalisme, ou comment s’épanouir avec moins

photo pièce dégagée

Fortement inspiré du stoïcisme et du bouddhisme, le minimalisme prône la réduction au maximum de nos possessions pour se contenter de l’essentiel. Cette véritable philosophie touche tous les aspects de notre vie (travail, maison, voyages ou alimentation).

Le minimalisme peut en effet trouver sa source dans votre cuisine : en optant pour des repas simples et faits maison, non seulement on évite le gaspillage en achetant les aliments selon des besoins précis, mais on adopte par la même occasion une alimentation plus saine, propice à réduire le taux de cholestérol qui, par définition, trouve sa source dans les plats gorgés de gras saturés. De même désencombrer sa maison en évitant les achats impulsifs ou alléger son emploi du temps ou sa valise quand on part en voyage, sont de nouveaux réflexes à adopter pour une transition en douceur.

La détox digitale, une vraie thérapie

L’afflux d’informations et la possibilité de se connecter partout et à n’importe quelle heure ont certes marqué un grand pas dans la révolution numérique. Cependant, de récentes études ont montré que nous passions plus de la moitié de notre temps les yeux rivés sur un écran. Sans cesse sollicités par les différents réseaux sociaux, on perd finalement pied avec la réalité par peur de la solitude.

Pire, cette addiction se retrouve désormais chez les plus jeunes dont la santé s’aggrave. C’est pour cette raison que beaucoup choisissent de se déconnecter pendant plusieurs jours, notamment pendant les vacances, dans une approche thérapeutique pour se « désintoxiquer ». On limite Internet à 1h par jour, on oublie les réseaux sociaux, on coupe le téléphone avant d’aller au lit : ces simples gestes permettent ainsi de devenir « cyberraisonnable » !

Ainsi, ces nouveaux concepts de vie forment une sorte de douce résistance aux nombreuses sollicitations d’une société de consommation en plein essor. Les enjeux vont cependant au delà d’un souci de remédier à ses propres maladies comme le cholestérol : offrir un monde meilleur pour les générations futures.