entretenir le désir

Comment entretenir le désir ?

La cinquantaine est un cap à passer. C’est une période qui annonce souvent des bouleversements: départ des enfants, apparition de la ménopause, séparation,… Ces changements de vie peuvent avoir un impact négatif sur la vie sexuelle, mais ils peuvent aussi donner le coup d’envoi d’un nouveau départ ! Fifty&Me démystifie les idées reçues en apportant des réponses pour booster le désir et rester complices au fil des années…

Reading Time: 5 minutes

Comment entretenir le désir ?

La libido, ça ne tombe pas du ciel, ça s’entretient ! Comment s’auto-érotiser après X années de vie commune ? Quelles astuces pour booster le désir charnel quand on se connaît sous toutes les coutures ? Marie Tapernoux, sexologue et thérapeute de couple, nous donne les clés d’une vie intime épanouie.

Encore plus proches

La sexualité est un baromètre. Si on n’est pas bien dans son corps, si on est stressé ou préoccupé, si on traverse une épreuve personnelle ou professionnelle, on sera moins réceptif. Et c’est sans compter les problèmes de communication ou de confiance dans la relation. Mais le pire danger pour un couple, c’est de ne plus rien partager. « Avoir du désir pour une personne avec qui on n’est plus complice, ou qu’on regarde en chien de faïence par ce qu’il y a de la rancœur ou des frustrations non exprimées, c’est compliqué ! » souligne Marie Tapernoux. « Un couple qui ne partage plus rien et ne fait plus rien ensemble, va forcément se déconnecter. Il faut des projets et des moments à deux pour entretenir la complicité. » Attention donc à la routine qui s’immisce entre vous. Pour la déjouer, Marie Tapernoux a établi la règle des 4×2, un truc pratico-pratique et mémo-technique qui permet de rester connectés.

La règle des 4×2  

2 x par jour : on s’embrasse

2 x par semaine : on prend du temps pour soi (chacun de son côté)

2 x par mois : on prend rendez-vous en amoureux

2 x par an : on part en week-end

Et pour éviter la routine sexuelle ? Il est parfois utile de sortir du contexte habituel. « Beaucoup de mes patients révèlent qu’en vacances « ça va super bien !». Cela prouve que ce n’est pas un problème d’alchimie mais bien de quotidien. » confie la sexologue. Il faut éviter à tout prix que l’acte amoureux se transforme peu à peu en devoir conjugal, en sacrifice. Faire l’amour parce qu’il faut le faire, et sauter les préliminaires pour que ça aille plus vite, ne donne pas vraiment l’envie de recommencer après. A l’inverse, si on est dans une situation où l’on prend soin de soi (ça ne veux pas forcément dire faire de sport, mais aussi aller voir une amie ou faire une ballade), permet d’insuffler une autre énergie dans le couple.

A ce moment là, on est content de se retrouver. Le désir va donc bien au-delà que l’aspect purement sexuel puisque ça part plus souvent d’un aspect affectif. « Il faut faire la différence entre les 4 types de désir : le désir spontané (qu’on sent dans notre corps), le désir de l’autre (parce qu’il est à côté de vous et qu’il le suscite), le désir cadeau (l’envie de faire plaisir à l’autre) et le sacrifice (qui tue le désir en créant un cercle vicieux). Notons que s’il y a de la pression, il n’y a pas de spontanéité. Il faut d’abord trouver cette fluidité affective, la proximité au sein du couple pour gagner en sensualité. Sinon, on risque tôt ou tard de faire face au vide érotique» ajoute la spécialiste.

Parler la même langue

Bien souvent, on a tendance à donner à l’autre ce qu’on aimerait recevoir. Et si on n’a pas le même langage, on tient un discours de sourd. On se retrouve avec des « je n’arrête pas de faire ça et ça, et toi tu ne fais jamais rien » à quoi l’autre répond « comment ça ? Mais moi je fais toujours ça… ». C’est un peu comme si il y en avait un qui disait « Ti amo » et l’autre « I love you » : On ne se comprend pas ! Pour être sur la même longueur d’ondes, il est essentiel d’oser exprimer ses désirs en disant clairement ce qu’il nous ferait plaisir. Pour Marie Tapernoux, « entretenir le désir, c’est d’abord entretenir la complicité et le dialogue. Sur tous les sujets, même intimes. Et préférer dire ce qu’on a bien aimé plutôt que ce qu’on n’aime pas. Par exemple, en disant « je n’aime pas les chicons », l’autre ne va toujours pas savoir ce que vous aimez. Donc, j’ai tendance à dire à tous mes couples, qu’après un rapport, ils ne doivent pas hésiter à dire ce qu’ils ont aimé parce que c’est l’occasion de valider auprès de l’autre. »

Les 5 languages affectifs

Autant de petites manières qui permettent de montrer à l’autre qu’on tient à lui (ou à elle) et qui renforcent le sentiment amoureux.

  1. Les paroles valorisantes
  2. Les moments de qualité (les rendez-vous amoureux)
  3. Les services qu’on a se rend mutuellement
  4. Les contacts physiques (câlins, baisers,…)
  5. Et les petites surprises sans occasion

Il faut se rendre à l’évidence : au plus on « relance la machine », au plus c’est facile. Et au moins on fait l’amour, au moins on en a envie. Alors pourquoi ne pas se dire « pourquoi pas » ? D’autant plus qu’après l’acte, on est plus connectés avec son partenaire pendant 2 à 3 jours, notamment grâce à la libération d’ocytocine, l’hormone de l’attachement.

Conseils pratiques

Votre sexualité sous un autre angle

Pour varier les plaisirs, nul besoin de connaître tout le kamasutra ! Chaque position peut se pratiquer avec des angles différents. L’idéal, c’est de se réapproprier ses positions « fétiches » en restant à l’écoute de son corps. Par exemple, le missionnaire à 45 degrés stimulera plus le clitoris que si le partenaire est couché sur sa partenaire. La cuillère peut aussi être très différente quand on est l’un contre l’autre ou quand la femme se plie vers l’avant pour toucher d’autres zones intra-vaginales. La position d’Andromaque est aussi facilement interchangeable : plus tendre, blottie contre son partenaire pour échanger des baisers au rythme du va et vient, ou plus bestial en mode cowgirl. Inutile donc de changer de positions toutes les 3 minutes (et de risquer de voir chuter l’excitation), préférez jouer avec l’inclinaison pour stimuler d’autres points érogènes.Plus de conseils pour optimiser votre vie de couple sur www.marietapernoux.com

La to-do list du couple confiné 

Le confinement bouscule tous nos repères. Un peu comme une retraite précoce… On tourne rond, on passe H24 ensemble, on a du mal à se projeter dans l’avenir… Résultat ? La routine s’installe (si ce n’était déjà fait), on ne se manque plus, on n’a plus grand chose à se raconter ni à partager. Avec le risque que notre couple prenne un coup de vieux ! Heureusement, les idées ne manquent pas pour passer du temps de qualité à deux, même entre quatre murs :

  • Comme au restaurant : Vous rêvez d’un tête-à-tête romantique au resto ? Faites-vous livrer un plateau de fruits de mer, des sushis, ou tout ce qui vous fait envie… Allumez quelques bougies, mettez un fond musical et faites-vous beau. Ca vous donnera l’impression de faire une petite sortie en amoureux.
  • Faites vos jeux ! : Dépoussiérez le Scrabble, le Monopoly, le Pictionnary… Offrez-vous un moment de rires, de complicité et d’insouciance.
  • Cours en ligne : Et si vous en profitiez pour prendre un cours de langue (avec des rêves d’évasion à la clé), de yoga ou de cuisine ensemble ?
  • Spa à la maison : Un bain chaud, un boule de bain qui frétille, une ambiance tamisée, un massage aux huiles essentielles de gingembre… Il n’en faut pas plus pour créer un moment de détente à deux.
  • Surprenez-vous. Un paquet inattendu, un bouquet de fleurs, un petit-dej au lit… Les petites surprises renforcent les liens, nous renvoie à nos débuts, relance la complicité et l’intensité dans la relation.
  • Des moments de rien : Et si vous en profitiez pour ne rien faire ? Juste se poser, regarder une bêtise à la télé, faire une sieste, écouter vos chansons préférées … ça fait du bien, ça décontracte et on en a aussi besoin !

 


© Fiftyandme 2021