MST : Les + de 60 ans ne se protègent pas assez lors de rapports sexuels

Avec un nouveau partenaire, seulement une petite minorité des + de  60 ans se protège. C’est ce que conclut une enquête du site de rencontres en ligne Twoo. Interpellant en cette journée mondiale de lutte contre le sida.

Reading Time: 2 minutes

« On parle plus facilement de sexe, mais il est clair qu’il reste beaucoup de travail à faire à ce niveau-là », explique la porte-parole de Twoo. Les plus de 60 ans nous confirment qu’il n’y a pas d’âge pour continuer avoir des relations sexuelles. Toujours actifs au lit, ils considèrent que le sexe est très important. Ils ne prennent plus le temps d’apprendre à se connaître vraiment avant d’avoir des rapports intimes. 67,50% des personnes interrogées ne restent pas dans une relation lorsque leur partenaire ne veut pas avoir de relations sexuelles dans les six premiers mois. Les 18-24 ans sont plus patients. Seulement 37 % d’entre eux iraient voir ailleurs dans les six mois.

e-lovers

L’utilisation de sites de rencontre en ligne est en hausse auprès des baby-boomers qui les utilisent fréquemment pour trouver un partenaire. Un peu plus de la moitié d’entre eux a déjà eu des relations sexuelles avec un partenaire rencontré en ligne. En moyenne, les plus de 60 ans se rencontrent trois à cinq fois avant d’avoir des relations sexuelles avec leur partenaire.

Safe sex

Les campagnes d’information sur la sexualité sont principalement destinées aux jeunes. Cependant, il y a également un gros travail à faire pour les plus de 60 ans, impitoyables envers les autres lorsqu’il s’agit des MST mais plus tolérants envers eux-mêmes. Une majorité d’entre eux (80,50 %) ne veut pas avoir de relations intimes avec quelqu’un qui aurait contracté une MST par le passé. Cependant, ils s’investissent peu pour aider à limiter les risques.

Ces chiffres en attestent : 17 % des plus de 60 ans utilisent toujours des protections ; seulement 20 % des plus de 60 ans prennent le temps de discuter des risques des MST avant une relation sexuelle ; 37 % des plus de 60 ans font un dépistage en cas de doute sévère; 58 % n’ont jamais de préservatifs sur eux; la moitié des plus de 60 ans ne s’intéressent pas au passé sexuel de leur partenaire.

Les MST, un sujet tabou ?

Les plus de 60 ans connaissent les risques de transmission lors de rapports non protégés. 67 % sont préparés à faire un test de dépistage des MST lorsque leur partenaire en fait la demande. Les personnes de plus de 60 ans ne sont pas des modèles, mais sont conscients de l’importance d’une éducation à la sexualité. La moitié d’entre eux ne considèrent cependant pas les MST sérieusement, sans doute en raison de la persistance d’un tabou en la matière.