position du fruit défendu

Découvrez la position du fruit défendu

Les vacances constituent bien souvent le moment idéal pour tester et apprécier de nouvelles positions. Et raviver ainsi une vie sexuelle parfois trop classique. Le fruit défendu saura répondre aux attentes.

Reading Time: 2 minutes

Dans la série des positions sexuelles à haut potentiel de plaisir, celle du fruit défendu enregistre un succès croissant parmi la gent féminine. Une position qui ne réclame pas de pénétration pour rejoindre le 7e ciel. Ni le besoin de figures acrobatiques qui peuvent rebuter plus d’une quinquagénaire.

La position du fruit défendu en bref

Quand on parle de sexe oral, la position du 69 est souvent évoquée pour obtenir un plaisir mutuel. Le fruit défendu, au contraire, donne l’avantage au plaisir féminin. Il permet à la femme, en position passive, de se concentrer sur les sensations reçues, pour décupler ainsi son plaisir. Sans devoir s’occuper de rendre la pareille à son partenaire. Qui ne sera pas en reste, toutefois. Outre les sensations liées au contact de sa bouche avec la zone intime de la partenaire, le plaisir sera excité par la vue sur le corps nu, offert tout entier.

L’avantage de cette position réside également dans l’absence de risques de blessures, existantes avec d’autres positions. Le fruit défendu permet d’atteindre aisément le plaisir sans contre-indications liées à la condition physique.

Comment en profiter concrètement ?

Avec le fruit défendu, la simplicité est de mise pour les partenaires. Pas besoin de positions compliquées à apprendre et à maîtriser, souvent source de douleurs pour connaître l’orgasme. Dans sa forme la plus simple, la partenaire se couche nue sur le dos sur le lit ou tout autre surface confortable, le sable pourquoi pas. Les jambes sont repliées sur le ventre ou levées. Le partenaire, s’installe à genoux en face, le visage à portée de la zone intime. La première recommandation consiste à ne pas la cibler directement mais, au contraire, de laisser la bouche et la langue tourner autour du sexe par des baisers appuyés, rotatifs, des caresses avec les doigts. Histoire de faire monter progressivement le désir de la partenaire. Qui ne manquera pas d’indiquer à son partenaire le moment où il lui faudra pratiquer le cunnilingus. Une pratique qui peut être répétée ensuite en changeant les rôles, avec le partenaire dans le rôle du receveur.

Plusieurs variantes possibles

Pour le sexe oral comme pour une relation classique, l’imagination constitue la seule limite aux positions adaptées à vos goûts ou votre résistance à la fatique liée aux positions à tenir. Dans le cas du fruit défendu, il existe plusieurs variantes. Dont une plus physique, qui réclame un certain don d’équilibriste, et qui ne sera pas évoquée ici. Une autre, plus calme et plus adaptée à la quinquagénaire consiste à se coucher sur le lit, les jambes pendantes, les pieds posés au sol, écartés. Le partenaire s’agenouille entre les cuisses et explore l’intimité de sa partenaire, de l’extérieur vers l’intérieur. Là aussi, la variante permet un rôle interchangeable. Une variante plus active consiste, pour le partenaire, à se placer à genoux sur le lit, devant sa partenaire couchée, les jambes relevées, et à la pénétrer. Une position plutôt inconfortable, qui ne permet pas au partenaire de rester longtemps en appui sur ses mollets.


© Fiftyandme 2022