faire l'amour dans l'espace

Faire l’amour dans l’espace : fantasme ou réalité dans un futur proche ?

Aujourd’hui, les entreprises investissent des milliards dans le développement du tourisme spatial. Et ce n’est qu’un début ! Le 15 septembre dernier, quatre civils étaient envoyé dans l’espace pendant 3 jours à l’occasion de la mission baptisée Inspiration4. Alors, puisque demain on prendra peut-être une fusée comme on saute dans la voiture pour profiter d’un long week-end… Vous vous imagineriez faire l’amour dans l’espace ?!

 

Reading Time: 3 minutes

S’envoyer en l’air dans le cosmos

Beaucoup rêveraient de partir en lune de miel ou noce de diamant dans l’espace ! Mais le manque d’intimité, l’absence de gravité, et autres détails techniques nous rappelle qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir si les touristes spatiaux veulent avoir accès à une expérience sexuelle en orbite…

Certes, les agences spatiales n’abordent jamais le sujet. Mais les missions de plus en plus longues des astronautes et la croissance rapide du tourisme spatial soulèvent le questionnement. We-Vibe, l’une des principales marques mondiales de produits dédiés au plaisir, et Erobotics Research Consulting, une équipe de chercheurs américains, ont donc décidé de commencer des recherches et viennent de publier un rapport sur le sujet intitulé « Sex Tech in Space? The relevancy of sexuality in space for the public and agencies ».

Parmi les conclusions du rapport, l’une d’elles soutient que les jouets sexuels sont l’une des options les plus viables pour prendre du plaisir dans l’espace. Certains des sex-toys We-Vibe, déjà utilisés sur Terre, pourraient être utilisés dans l’espace après suffisamment de tests et d’adaptations.

Quels sont les défis à relever pour une vie sexuelle extra-terrestre ?

Elon Musk, ne s’est-il pas engagé à faire de nous une « espèce interplanétaire » avec une installation sur Mars ? Si les relations sexuelles dans l’espace, que ce soit en couple ou en solitaire, seront inévitables dans ces scénarios à long terme, la communauté scientifique n’a pas encore trouvé de solutions aux nombreux obstacles physiques pouvant empêcher d’avoir une sexualité hors de la planète Terre, comme le mentionne le rapport de We-Vibe :

  1. L’absence de gravité : « Sans gravité suffisante, les corps ne sont pas attirés l’un vers l’autre, et le contact entre deux personnes nécessiterait un effort constant. La friction limitée réduirait les possibilités de plaisir pendant les rapports sexuels. Faire l’amour sur la Lune ou sur Mars serait comme faire l’amour dans une piscine, où la masse corporelle est moindre »
  2. Le manque d’intimité : « Les actes d’intimité sexuelle (tout comme la masturbation) sont difficiles à réaliser dans les espaces très réduits des vaisseaux spatiaux. Dans l’espace, seuls les machines et les astronautes émettent des sons. Ils doivent donc être particulièrement discrets et respectueux de l’intimité de chacun dans ces environnements silencieux »
  3. L’élimination des liquides : « Les fluides corporels doivent absolument être contenus pour éviter qu’ils ne s’échappent dans le vaisseau. Cette condition impose également aux astronautes un code d’hygiène strict afin de protéger l’environnement fragile des vaisseaux spatiaux et de minimiser le gaspillage de ressources rares comme le papier ou les préservatifs »

Johanna Rief, Responsable de l’Autonomisation Sexuelle chez We-Vibe, explique : « Le manque de recherche et le tabou autour de la sexualité dans l’espace font qu’il est difficile de tester nos produits dans des conditions spatiales réelles, mais nous disposons déjà de la
technologie qui pourrait aider à surmonter certains de ces obstacles moyennant des adaptations suffisantes. Certains de nos jouets, comme le We-Vibe Bond et le Moxie, par exemple, peuvent être facilement et discrètement portés à l’intérieur des combinaisons spatiales, offrant ainsi des sensations agréables à l’abri des regards. We-Vibe consacre beaucoup d’argent à la recherche et au développement pour ses produits et technologies
afin de contribuer au développement d’une vie sexuelle sur Terre et dans l’espace, car chacun a le droit à une sexualité épanouie, peu importe où il se trouve. Malheureusement, les agences spatiales financées par des fonds publics n’abordent pas assez souvent ce sujet, probablement par crainte d’une réaction négative liée à la stigmatisation. Il serait bien que ces organismes abordent la sexualité comme une partie normale de la vie humaine dans l’espace, afin de pouvoir trouver des solutions efficaces et pratiques».

Mais… pourquoi devrions-nous nous masturber dans l’espace ?  Le plaisir sexuel faisant partie intégrante de notre quotidien, la masturbation joue un rôle clé pour rendre la vie interplanétaire plus humaine et heureuse. L’abstinence permanente ne serait donc pas éthique… Le rapport cite le professeur Paul Root Wolpe, bioéthicien à la NASA, se demandant en 2015 s’il était juste ou non de priver les gens de masturbation. « Il y a un point où la durée [d’une mission] devient une partie de la question qui est de savoir s’il est juste ou non de priver les gens de cet aspect de l’être humain. »

L’amour et le sexe à distance

« La Sex Tech pourrait également être utilisée pour aider les couples à maintenir des relations intimes, romantiques et sexuelles pendant que l’un des partenaires est en mission spatiale. (…) Les sextoys peuvent aider à connecter de manière complexe, interactive et immersive des partenaires à distance afin de faciliter le maintien de l’intimité entre la Terre et l’espace », précise We-Vibe malgré les tabous qui persistent.

Erobotics commente : « Il faut rappeler aux agences spatiales, et aux entités qui les soutiennent, qu’aborder les questions de sexualité d’un point de vue positif, scientifique, empathique et inclusif est primordial pour notre santé, notre bien-être et le succès de notre vie dans l’espace. En particulier, il faut leur rappeler que : la santé sexuelle reste du domaine de la santé, les droits sexuels sont des droits de l’homme, sexualité signifie également diversité, le plaisir n’est pas optionnel mais essentiel ; et la technologie peut grandement aider dans ce domaine ».

Sources : Dubé, Santaguida, Anctil (2020, October). Sex Tech in Space? We-Vibe

 


© Fiftyandme 2021