bouboupisme

Le bouboupisme, le plaisir jusqu’au bout des seins

En matière sexuelle, il n’est pas toujours nécessaire de sortir le grand jeu pour satisfaire la partenaire. Le plaisir tactile suffit parfois à mener au 7e ciel. Comme avec le bouboupisme.

Reading Time: 2 minutes

Dans la série des nouveaux noms à la mode donnés aux pratiques sexuelles, certains n’excitent pas vraiment. Comme le bouboupisme. Un terme pourtant lié à une pratique très satisfaisante pour les deux sexes. Et qu’il est possible de pratiquer en solo.

Connaissez-vous le bouboupisme ?

Sous ce terme quelque peu ridicule, il est vrai, se cache une pratique ludique très populaire. Chez les hétérosexuels comme les homosexuels. Elle consiste à caresser les tétons de son (ou sa) partenaire, ou à se les caresser, dans le cas d’une personne seule. Des caresses, mais aussi des pincements. Pratiqués avec plus ou moins d’intensité, selon la sensibilité de chacun. Une pratique à la fois simple et plaisante qui rappelle combien les tétons peuvent être une source de plaisir importante. Au point d’être étudiée par les scientifiques, comme en témoigne cette étude parue en mai 2006 dans le très sérieux The Journal of Sexual Medicine* Et dont la lecture révèle que 81,5% des femmes interrogées déclarent éprouver du plaisir par l’excitation des tétons. Contre un pourcentage, non négligeable, de 51,7% pour les hommes.

Des avantages équitablement partagés

Un bouboupisme qui offre les mêmes bienfaits aux deux sexes. Comme les femmes, les hommes peuvent avoir une sensibilité mammaire exacerbée, idéale pour les jeux érotiques partagés. Une excitation des tétons qui peut mener à une érection forte et prolongée. Selon les études, la meilleure stimulation des tétons consiste à procéder à une succion semblable à celle que pourrait pratiquer un jeune enfant. Elle déclencherait dans le cerveau la production d’ocytocine, qualifiée d’hormone de l’amour et liée au déclenchement de l’orgasme. Une hormone qui permet de réduire le stress par un sentiment d’apaisement ainsi que la tension artérielle.

Le bouboupisme en pratique

Nul besoin de positions spéciales à apprendre ou de crainte à avoir quant à d’éventuels soucis de santé. Le bouboupisme ne réclame que la douceur distribuée par les doigts ou la bouche. Une excellente pratique sexuelle à privilégier en guise de préliminaire. Les petits jeux partagés sont innombrables, et parfaitement adaptés aux pratiquants de l’échangisme. Sans soucis d’hygiène. Nus ou partiellement dévêtus, les partenaires peuvent se tâter les seins, les tétons, avec les doigts ou le dos de la main. Des seins à caresser longuement, qui peuvent être léchés ou recevoir de petites claques ou pincements. Pour les adeptes des jeux SM, le bouboupisme peut s’accompagner de jeux de pinces fixées sur les tétons. Une douleur acceptée qui accompagne parfois la notion d’excitation. Et plutôt populaire au vu des nombreux accessoires vendus sur les sites spécialisés.


© Fiftyandme 2022