peaking

Le peaking, ou la promesse d’un orgasme plus intense

Le peaking, comme son nom le laisse penser, nous vient en droite ligne des Etats-Unis. Une pratique issue du slow sex qui rencontre un joli succès. Mais de quoi s’agit-il ? Explications.

Reading Time: 2 minutes

Force est de constater que l’imagination est au pouvoir quant à nos pratiques sexuelles. De quoi bouleverser toutes les connaissances de quinquagénaires, acquises en quelques décennies de pratique. Le plaisir féminin se voit sans cesse enrichi par de nouveaux jeux, destinés à l’enrichir, voire le magnifier. A l’instar du peaking.

Deux mots sur le peaking

Très populaire Outre-Atlantique, le peaking (atteindre un sommet, en français) consiste à retarder la jouissance. Pour mieux la contrôler et la relancer. Pour atteindre un orgasme plus intense. Il ne s’agit pas de se retenir, non, mais de gérer ses émotions. Derrière cette explication se cache une technique de slow sex qui nécessite bien des essais pour en profiter au maximum.

Comment s’y prendre ?

Pour y arriver, il est nécessaire pour la femme de bien connaître son corps et de pouvoir déceler cet instant où l’on sent venir l’orgasme. Ce moment de non-retour, qu’il convient de ne pas atteindre, pour faire rebaisser la tension. Peut-être l’étape la plus délicate à réussir. Vous n’y arriverez probablement pas à la première tentative. Mais avec un peu de pratique et une communication avec votre partenaire, il vous sera possible d’approcher ce moment de tension extrême, puis de le faire redescendre pour ensuite recommencer l’opération plusieurs fois de suite. Et, in fine, connaître un orgasme puissant en guise d’apothéose. Une technique de peaking appropriée aussi bien pour les relations de couple que pour les pratiques en solitaire.

Faire baisser la tension, tout un art

Pour calmer le feu du désir allumé au creux du ventre, il convient de ralentir a minima cette montée de l’orgasme, par diverses méthodes. Ne plus se toucher, juste s’embrasser. Mais aussi par la contraction du périnée, accompagnée de mouvements de respiration. Et pour votre partenaire, il lui faudra réduire le rythme de la pénétration, voire l’interrompre. Le temps de reprendre son souffle et de laisser retomber cette envie de jouissance. L’occasion rêvée pour changer de rôle ou d’essayer autre chose. Avant de recommencer l’opération plusieurs fois : excitation extrême puis contrôle de la jouissance. Le résultat final sera un orgasme plus intense. Qui ne manquera pas de flatter votre partenaire. Tout en vous apportant ce plaisir recherché et parfois absent lors des relations un peu trop sages.

Quels avantages obtenir avec le peaking ?

Cette pratique apporte de réels bienfaits à la partenaire féminine. Destinée à contrer cette tendance à tout faire rapidement, quitte à bâcler, elle permet de prolonger au maximum les ébats et d’espérer atteindre un orgasme digne de ce nom.  Mais pas uniquement. Le peaking permet d’augmenter fortement la sensibilité des zones érogènes et de libérer dans le corps davantage d’endorphine, cette fameuse hormone du plaisir. Un élément se doit d’être gardé à l’esprit. Le peaking doit rester un jeu, et non une quête absolue de l’orgasme. Si ce dernier est absent lors d’une relation, qu’importe, vous aurez pris du plaisir à tenter de l’atteindre. Ce qui n’est pas si mal.


© Fiftyandme 2022