sorties-cinema 4

Les sorties cinéma à ne pas manquer

Envie de vous évader ? Les prochaines sorties cinéma nous font voyager au Maroc, au Japon, en Chine, ou encore à Paris… Découvrez notre best of pour cinéphiles !

Reading Time: 2 minutes

UN BOUQUET D’AMERTUME

A la fin du 20e siècle, la région du Dongbei est lourdement touchée par le passage de la Chine à l’économie de marché. Lina, jolie jeune femme ambitieuse, mère d’un petit garçon et mariée à un homme aimant, voit alors son monde s’écrouler. Dans l’espoir de revenir avec des fonds pour sa famille, elle tente l’exil à Paris. Jamais elle n’aurait imaginé la hauteur du sacrifice consenti pour atteindre son but… Bitter Flowers traite d’une réalité étourdissante : les blessures sociales, la dégradation urbaine et la précarité n’évoluent pas que dans sa ville industrielle chinoise. Paris, Ville Lumière, a également ses quartiers sombres…

Bitter Flowers, d’Olivier Meys, en salle le 28 mars.

PROCÈS JAPONAIS

The Third Murder est un thriller aboutissant à un questionnement philosophique au travers d’une enquête somptueusement mise en scène par le réalisateur japonais Kore-eda Hirokazu. Tout commence lorsque Shigemori, un grand avocat, s’empare du procès du récidiviste Misumi, accusé du meurtre de son ex-patron. L’affaire ne s’annonce que très peu clémente puisqu’il reconnait sa faute, malgré la peine de mort qui l’attend. Cependant, Shigemori doute de la véracité de cet aveu. Au fil de l’enquête et des témoignages, il voit ses maigres certitudes s’estomper… Une œuvre intrigante qui mêle notions de vérité et de justice, entre la résolution et le perpétuel doute d’une possible culpabilité…

The Third Murder, de Kore-eda Hirokazu, en salle le 11 avril.

LIBERTÉ MAROCAINE

Dans un Maroc instable, démuni et complètement déconnecté des réalités sociales, Razzia apparaît comme un film engagé… Il dénonce les inégalités sociales que subissent la majorité de ses habitants, en particulier cinq, aux caractères forts, aux trajectoires différentes mais reliées, à la recherche de liberté. Razzia se déroule à deux époques marquantes : le début des années 80 qui correspond à une accélération des réformes de l’arabisation, et les révoltes de l’été 2015. Un film qui promet une grande réflexion sur l’état actuel du monde.

Razzia, de Nabil Ayouch, en salle le 25 avril.

 


© Fiftyandme 2021