brice depasse

La Playlist idéale de Brice Depasse

Incollable sur tous nos idoles, la musique lui colle à la peau ! Des années yéyé aux plus beaux slows, Brice Depasse nous parle des chansons qui ont marqué notre jeunesse… sans nostalgie.

Reading Time: 3 minutes

Tu fêtes (déjà!) les 20 ans de ton émission… Peux tu nous faire sa Story ?

Les cordonniers sont les plus mal chaussés; je serais incapable de faire la Story d’une séquence qui anime l’antenne de Nostalgie chaque jour depuis autant d’années. Disons que cette séquence a beaucoup évolué, privilégiant aujourd’hui l’émotion à l’énumération de faits. Et puis aussi qu’elle m’a permis de rencontrer tant d’artistes et de développer des amitiés inattendues et enrichissantes.

La STORY – 20 ans, le Meilleur de la Légende”, le nouveau livre de Brice Depasse paru aux éditions Renaissance du Livre.

Quels sont tes 3 meilleurs souvenirs en radio ?

Interviewer David Bowie, accueillir mes copains d’Orchestral Manoeuvres et Jean-Michel Jarre pour une heure de direct sur Nosta, recevoir les compliments de Michel Polnareff et Jean-Jacques Goldman. Ce sont des bons souvenirs, non ?

Selon toi, qu’est ce qui fait une légende musicale ?

Un artiste qui interpelle les gens dans leur être, quelle que soit leur génération, que leur vie ait été dramatique ou non. Il faut pour cela que leur personnalité ou leur histoire soit au niveau de leur art.

Le BEST OF de Brice Depasse

La chanson qui te rend nostalgique ?

La belle histoire de Michel Fugain, entendue à la radio alors que je franchissais avec mes parents la frontière espagnole à une époque où les autoroutes n’existaient pas. Une impression d’être tellement loin, d’un ailleurs ; et puis il faisait si beau, la musique de Michel si nouvelle, son histoire émouvante.

Celle qui te met de bonne humeur ?

“Got to get you into my life” des Beatles ; l’incarnation par excellence du Swinging London, si pas son sommet.

Celle qui te donne envie de chanter ?

“My Generation” des Who, à égalité avec le “Satisfaction” des Stones ; ce ne sont pas des chansons mais des hymnes, ceux d’une génération qui hurle du haut de sa jeunesse, une sensation irrépressible d’immortalité.

Celle sur laquelle tu ne peux t’empêcher de danser ? 

“Born in the fifties” de Police, en souvenir de l’époque où on pogotait aux concerts de New Wave et dans les boums. Je ne dois pas être le seul car j’ai bien senti chez Sting la nostalgie de son époque punk lors d’une récente rencontre avec lui, il y a peu. Ecoutez cette chanson ; elle et lui sont prodigieux.

Celle qui te fait pleurer ?

Tears in Heaven d’Eric Clapton. Sans commentaire.

La chanson des années 70 par excellence ? Celle qui nous fait voyager dans le temps…

Je dirais plutôt l’album Melody Nelson de Serge Gainsbourg qui ne peut s’écouter que comme une oeuvre unique et entière. Au début des années 70, c’est le triomphe du rock progressif, des chansons longues qui racontent des histoires avec l’ambition d’une symphonie voire un opéra. On n’a plus jamais vécu une telle époque ; il y en a eu d’autres aussi étonnantes et intenses comme le punk, le disco, le reggae mais pas aussi ambitieusement riches.

La plus belle reprise ?

L’Anamour ou quand Serge Gainsbourg, encore lui, se reprend lui-même puisqu’il avait écrit cette chanson pour Françoise Hardy. Encore un pur produit du Swinging London.

3 questions en chanson

J’aurais voulu être (un artiste)… ? 

David Bowie. Il a eu mille vies. Tout connu, tout vu. Il s’est tout permis, a pris tous les risques sans presque jamais perdre le public. Il nous a emmené partout.

Il est où le bonheur ?

Là où on arrête de penser à ce que les autres vont penser de nous.

Dis, quand reviendras-tu ?

Quand vous voulez.

Ecoutez Brice Depasse en podcast, où et quand vous voulez, sur www.nostalgie.be !


© Fiftyandme 2021