Karina Vigier, l’influenceuse qui change l’image de la femme de 50 ans !

A 52 ans, Karina Vigier n’est pas seulement une influenceuse qui cassent les codes sur Tik Tok ! Cette modeuse française est aussi la fondatrice de plusieurs magazines à succès. Il faut dire que du style, elle en a à revendre ! En témoignent ses vidéos et photos inspirantes suivies par des dizaines de milliers de followers… Reine de la mode colorée, audacieuse, intuitive et « classy », Fifty&Me s’est invité chez elle, sous le soleil Niçois, pour lui demander quelques conseils déco.

Reading Time: 3 minutes

Joyeuse et colorée

« Dans ma tête j’ai 35 ans, même si le miroir ne me sourit pas de la même manière, je ne me cache pas derrière une certaine féminité outrancière. Je ne vais plus mettre des jupes courtes, je ne vais plus montrer mes bras, moins montrer mon cou. Mon maître mot est osez être ce qu’on a pas forcément oser avant parce qu’on avait des enfants, un mari. » confie Karina Vigier sur le site www.jaipiscineavecsimone.com. Vous l’aurez remarqué, cette quinqua n’a rien du « mamie » ! Des projets plein la tête, elle se réinvente sans cesse et n’a pas peur de « changer de vie » comme on changerait de vêtement. Si bien qu’elle se lance aujourd’hui dans la décoration d’intérieur avec Westwing.

Où habitez-vous ?

Karina Vigier : « Je vis sur la Côte d’Azur, à Nice, depuis novembre. J’habitais à Copenhague, mais malheureusement, le Covid ne m’a pas permis de rester. Dès que la situation sanitaire sera plus claire et plus stable, j’envisage de vivre ailleurs. Los Angeles, Bruxelles, Vancouver… ? J’aime cette liberté de vivre où je veux. »

Pourquoi avoir choisi Nice ?

Karina Vigier : C’est d’abord un choix familial. Mon mari voulait vivre au soleil et pouvoir regarder la mer… Et c’était aussi une bonne alternative pour mes deux filles. Nous sommes donc venus de Paris à Cannes, puis à Nice. La douceur de la Côte d’Azur est difficile à remplacer.

D’où vous vient l’inspiration pour votre décoration d’intérieur ?

KV : La décoration, c’est comme la mode, il faut la suivre, sinon on se perd très vite. J’ai toujours aimé les magazines de décoration d’intérieur, que j’achète régulièrement et que j’aime feuilleter lorsque je voyage. Mon amour pour le design d’intérieur vient, entre autres, des séjours que j’ai effectués dans des hôtels somptueux. J’ai gardé en mémoire les vraies bonnes idées de décoration que j’ai pu observer de par le monde. J’ai même nommé ma fille Anoushka, après avoir logé au Blakes décoré par Anouska Hempel à Londres. 

Quelle ambiance avez-vous voulu donner ?

KV : J’aime mélanger les matières, les textures et les styles. Je mix & match des pièces très personnelles avec des meubles plus contemporains et une inspiration art déco qui me suit depuis longtemps. J’aime associé le nouveau et l’ancien. Mon style est très hétéroclite, l’idée est que « tout va bien ensemble ».

Quels sont vos tons préférés ?

Karina Vigier : Je voulais une base blanche pour agrandir l’espace. Sans pour autant mettre de côté les couleurs. Le kaki est le nouveau noir. J’en ai saupoudré un peu partout sans exagérer. Au retour d’un voyage à Marrakech, j’ai ajouté une petite touche de jaune primaire car je suis tombée amoureuse de deux objets en céramique qui ont clairement pris une place à part dans mon salon.

Des matériaux de prédilection ?

Karina Vigier : Je ne peux pas imaginer une maison sans une belle pièce en bois et des accessoires en céramique.

Comment décririez vous votre style ? Votre personnalité est-elle aussi extravagante que vos goûts en matière de mode et décoration ?

KV :Je ne me considère pas comme extravagante. Je dirais plutôt atypique. Comme pour mon style vestimentaire, j’évite en déco de rester braquée sur un style en particulier (tout scandinave, tout rotin, tout fleuri…). J’ai pleinement conscience de mes goûts, mais je n’oublie jamais qu’il s’agit avant tout d’aimer l’endroit où je dois et veux vivre. Et si ce n’est pas tendance, tant pis ! Contrairement aux vêtements, les meubles peuvent être stockés pendant des années ! Je réfléchis donc à deux fois avant d’investir. Et enfin, je mixe et je mixe encore. 

Copyright : © Victoire Eouzan Studia

Vous aimerez aussi ? Devenir bloggeuse à 50 ans  : mode d’emploi


© Fiftyandme 2022