apprendre à bien dormir

5 conseils pour apprendre à bien dormir à 50 ans

Vos journées sont de plus en chargées et stressantes ? Avec comme conséquence un sommeil souvent perturbé ou difficile à trouver. Ces mauvaises nuits nuisent à votre bonne santé et perturbent votre quotidien. Heureusement, ce n’est pas une fatalité grâce à nos astuces simples, mais efficaces.

Reading Time: 2 minutes

Apprendre à bien dormir, le rêve

Se glisser dans son lit et s’endormir rapidement, pour savourer une nuit complète. L’image est idyllique. Mais force est de constater que la vie d’une femme de 50 ans, tiraillée entre la famille et la carrière, n’est pas dénuée de problèmes. Lesquels la poursuivent bien souvent sous la couette. Avec un sommeil troublé, des idées ruminées longuement ou d’interminables insomnies. Outre le stress s’ajoute aussi une diminution de production de mélatonine, l’hormone du sommeil, qui survient dès 50 ans. Sachez enfin que ces soucis de sommeil touchent entre 20 et 40% des quinquagénaires.

De l’importance de nuits de qualité

A cinquante ans, profiter d’une bonne nuit de repos doit s’ajouter aux efforts entrepris pour garder la santé. Mal dormir signifie un moral en berne et donc, l’envie de grignoter. D’où une prise de poids. Au contraire, bien dormir agit favorablement sur les effets du vieillissement et renforce votre système immunitaire. A la cinquantaine, l’âge où les soucis de mémoire débutent, dormir suffisamment renforcera votre capacité de mémorisation. Dans l’idéal, la moyenne de sommeil sera de 7 à 8 heures, dont plus de 85% passés à dormir.

5 solutions pour retrouver un sommeil réparateur

  • Accordez-vous une heure de calme avant de vous mettre au lit. Sans écrans, sans dossier à relire pour le boulot. Pour faire le vide en vous, et laisser votre cerveau se calmer.
  • Si le sommeil tarde, soit après plus de 20 minutes, lisez un peu. Ou sortez du lit. S’énerver sous les draps ne sert à rien.
  • Si vos angoisses ne vous laissent pas sombrer dans le sommeil, procédez à des exercices de respiration. Pour ralentir votre rythme cardiaque.
  • Oubliez l’apéro du soir. L’alcool vous aidera à vous endormir mais votre sommeil sera fragmenté. Avec au réveil, la désagréable impression de n’avoir pas dormi.
  • Mettez-vous au lit à heure régulière. Quand surviennent les premiers bâillements, annonciateurs d’endormissement rapide.

Le somnifère, un faux ami à remplacer par des produits naturels

Face aux troubles, la tentation est grande de miser sur la prise de somnifères (généralement de type benzodiazépines). Efficaces, mais pas sans inconvénients. Dont l’accoutumance, l’effet sédatif qui se prolongera au réveil. Avec à la clé des troubles de l’attention. Préférez plutôt l’usage d’huiles essentielles, dont quelques gouttes de lavande à répandre sur l’oreiller. Les tisanes sont aussi bien utiles. Comme celles à la camomille, à la fleur d’oranger, à la verveine, la valériane ou au tilleul. Toutes destinées à apaiser avant de vous mettre au lit. Une prise de mélatonine peut être aussi une solution pour donner un coup de pouce à son horloge interne. Et sans effets secondaires, contrairement aux somnifères.