acné à 50 ans

Comprendre et soigner l’acné à 50 ans

Vous pensiez être débarrassée de ces mauvais souvenirs de jeunesse, avec ces boutons qui s’invitaient avant la fameuse soirée tant attendue. Et voilà que cette maudite acné vous revient en plein visage. Pourquoi ? Que faire ? Fifty & Me vous dit tout.

Reading Time: 2 minutes

Quatre lettres pour vous pourrir la vie

Véritable fléau rencontré par des milliers d’adolescents des deux sexes, l’acné n’est pourtant pas une affection typiquement juvénile comme on le pense. « Les boutonneux », comme on les qualifie de façon fort peu élégante, se retrouvent dans tous les âges. A cinquante ans, notamment, elle revient en force chez la femme. A cet âge, l’acné demeure bien virulente. Sans grand danger pour la santé dans la plupart des cas, elle se révèle, par contre, handicapante au quotidien. Par son côté inesthétique. Qui n’a jamais annulé un rendez-vous pour une poussée d’acné ? Devoir faire face au regard des autres avec un visage constellé de boutons peut se révéler comme une tâche insurmontable. Et tout cela par la faute de cette maudite bactérie propionibacterium acnes.

Quelles sont les origines de l’acné à 50 ans ? 

Comme pour les adolescents, l’acné qui concerne les femmes matures est une maladie qui touche les glandes sébacées. Pourquoi, à 50 ans, vous la voyez revenir parmi d’autres tracas de santé ? La cause principale est liée aux variations hormonales propres à la ménopause. Plus d’androgènes et moins d’oestrogènes signifie une augmentation significative du sébum, donc de développement possible d’acné. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions pour la combattre.

Comment l’éviter et la traiter ?

Le premier conseil à suivre consiste à consulter un dermatologue pour déterminer du bien-fondé d’un traitement, parfois synonyme d’effets secondaires non dénués de risques. Pour certaines femmes, la solution face à l’acné sera de ne pas s’en faire et d’attendre la disparition spontanée des boutons. Pour les autres, plus sensibles à leur apparence, voici quelques conseils :

  • Pour retrouver une peau plus saine, il existe des crèmes à la vitamine A qui régulent l’excès de sébum
  • Votre dermatologue pourra vous prescrire des comprimés à base d’isotrétinoïne (un dérivé de la vitamine A). Efficaces mais dangereux pour la femme enceinte et réactifs aux rayons du soleil. Un traitement à réserver aux cas sévères et à faire suivre par un médecin. Pour le risque hépatique notamment
  • Autre traitement parfois prescrit, celui à base d’acétate de cyprotérone, un médicament qualifié d’anti-androgène. Également réservé aux cas graves et dont l’étude est liée à des effets secondaires à moyen terme, comme l’augmentation du risque de maladie dégénérative. Prudence donc.
  • En cas d’atteinte modérée, un traitement à base de zinc est efficace. Il permet de diminuer la sécrétion de sébum.
  • Évitez les cosmétiques trop gras ou occlusifs. La peau doit être propre et pouvoir respirer.
  • Ne pas triturer sa peau et ne pas percer les boutons. Au risque d’aggraver l’acné
  • Limiter la consommation de sucre, qui serait aussi liée au développement de l’acné.