manger trop de fruits

Et si manger trop de fruits était néfaste pour la santé ?

En juillet et août, les étals sont remplis de délicieux fruits juteux. Promesses d’un rafraîchissement bienvenu. Mais gare aux effets d’un excès de consommation. Explications.

Reading Time: 2 minutes

En ces journées de forte chaleur, la tentation est grande de profiter pleinement des fruits de saison pour trouver une alternative rafraîchissante. Mais ce qui peut sembler une bonne idée ne l’est pas du tout pour l’organisme.

Manger trop de fruits : le risque

N’en déplaise aux campagnes de marketing, se gaver de fruits n’offre aucun avantage pour la santé. Que du contraire. Tout est dans la modération. Pour éviter ces facteurs à risque :

  • Trop de sucre. De nombreux fruits contiennent beaucoup de fructose, un sucre naturel qui offre comme particularité d’augmenter le taux de triglycérides dans le sang. Ainsi que le stockage de graisse dans le ventre, avec ce petit bidon disgracieux. Trop de sucre signifie aussi possibilité de développer un diabète ou de l’hypertension.
  • La présence d’insecticides sur la peau des fruits. Un sujet détaillé dans un précédent article.
  • Troubles intestinaux. Pour qui souffre du syndrome du colon irritable, un excès de fruits consommés peut déclencher des crises, de par la présence de fructose et des polyols (des glucides). Avec à la clé, des ballonnements, des maux de ventre et des diarrhées.

Quels fruits privilégier cet été ?

Premier point à privilégier, se cantonner aux fruits de saison. Pour l’empreinte carbone et pour le prix. Quant au choix des fruits à consommer, autant doubler le plaisir gustatif par des apports bénéfiques à la santé. Comme la pêche, riche en fibres et en pro-vitamine A. Pastèque et melon à placer également dans le panier de fruits. Pour la richesse en potassium du melon (très sucré, donc prudence) et la citrulline présente dans la pastèque, excellente alliée pour la vitalité des vaisseaux sanguins. Excellent choix aussi que celui des fruits rouges. La saison des fraises touche à sa fin, mais il est encore temps de profiter de leurs propriétés antioxydantes et de la présence de vitamine C. A défaut, la framboise fera l’affaire, puissant fruit antioxydant, riche en nutriments et fibres. A manger nature, sur l’arbuste. Au détour d’une promenade champêtre. Poires, prunes et pommes sont recommandées aussi, mais plutôt en fin d’été, avec la récolte de l’année.

Et ceux à consommer avec un peu moins ?

Parmi la gamme de fruits mise à notre disposition en été, certains sont à consommer avec grande modération. Pour leur teneur en sucre, essentiellement. « Il en va ainsi des cerises, fruit vedette dans les paniers, ou que l’on consomme directement sur l’arbre avec les enfants. Elles contiennent plus de 13 grammes de sucre par 100 gr. Même dosage à peu de choses près pour le melon ou les figues. Quant aux délicieux pruneaux, ils contiennent plus de 30 gr de sucre par 100 gr. Quant au raisin, son taux de sucre avoisine les 15 gr aux 100 gr. Attention donc de bien diversifier sa consommation et de rester modéré. Trois portions de fruits suffisent quotidiennement. Pas plus. » explique Nathalie Viana, spécialiste en nutrition. Avant de conclure : « pour se désaltérer sainement, rien ne vaut un bon verre d’eau (non glacée). Inutile de compter sur les fruits pour obtenir ce résultat. Ce n’est bon ni pour l’organisme, ni pour votre portefeuille. »


© Fiftyandme 2022