Mal au dos, mal du siècle

Si cette formule n’a rien d’original, c’est qu’hélàs, le problème est bien trop répandu. Tensions, stress, port de charges lourdes, mauvaises postures, positions prolongées,…. les causes sont diverses et les symptômes variés. D’où l’importance d’adopter des bonnes habitudes au quotidien pour prévenir des conséquences parfois extrêmement douloureuses.

Reading Time: 2 minutes

Les chiffres sont tristement éloquents : en Belgique, on estime que huit personnes sur dix souffrent de douleurs dorsales. La lombalgie chronique est d’ailleurs la première cause des consultations de l’adulte dans les centres anti-douleur et chez le kinésithérapeute. Cette problématique est croissante dans notre société actuelle, elle est le symptôme d’un affaiblissement de la colonne vertébrale et des muscles qui la soutiennent. Ses retentissements sont multiples, tant sur le plan individuel que sur les coûts qu’elle affecte à la sécurité sociale. Et, malgré la fréquence des lombalgies et leurs graves conséquences, dans les domaines du diagnostic et de la thérapeutique, bien des questions restent encore sans réponses. Toutefois, quelques règles élémentaires peuvent être d’un grand secours. Pour prévenir comme pour guérir, adopter une bonne hygiène de vie et des comportements physiques adéquats constituent le b.a.BA d’un dos en bonne santé.

Prévenir avant tout

C’est dès le plus jeune âge que les bonnes habitudes sont à prendre chez l’enfant. Et le nombre de jeunes qui souffrent du dos est en progression constante. Nous en profitons donc pour tirer une enième fois la sonnette d’alarme sur ces pratiques scolaires déplorables qui consistent à faire porter par l’enfant une charge de poids inadaptée dans son cartable.

Les va-et-vient hebdomadaires entre la maison en transbahutant toute sa matière pédagogique sur de frêles épaules sont parfaitement inutiles et il est plus que dommage que l’autorité scolaire n’aie pas déjà trouvé des solutions depuis belle lurette. Ce problème est d’autant plus grave que c’est justement chez l’enfant, en pleine croissance, que l’évolution de la colonne vertébrale est déterminante. Et les conséquences de cette mauvaise gestion peuvent être dramatiques pour toute une vie à venir. Une surcharge de poids réduit la marge de mouvement, or, bouger est essentiel pour notre dos.

C’est la colonne vertébrale qui soutient l’ensemble de notre corps, elle est à la base d’une flexibilité faite de flexions et de rotations. Il est donc primordial d’en connaître les limites et de savoir comment la renforcer. C’est pour cela que l’on n’insistera jamais assez sur l’importance de la gymnastique ou d’une pratique sportive régulière. Ici aussi, pas d’excès puisqu’on a pu également constater chez les sportifs de haut niveau de multiples pathologies dorsales.

Comme toujours, le secret réside dans l’équilibre, et un exercice physique quotidien y contribue largement. Notre colonne vertébrale doit être entretenue chaque jour. En apprenant à bien positionner son dos pour développer sa musculature et une certaine souplesse. Une bonne ceinture abdominale et des cuisses musclées en seront les meilleurs garantes. Un kinésithérapeute compétent pourra également vous prodiguer d’astucieux conseils pour vous protéger des faux mouvements. Plier ses jambes lorsque l’on ramasse un objet à terre, étirer son dos au réveil, adopter les positions adéquates en position assise : au volant, devant son ordinateur, à table….. ces bonnes habitudes constituent la meilleure prévention contre moultes souffrances, capables d’altérer considérablement la qualité de l’existence.

Comment traiter les lombagies dorsales ?

  • En modérant tout effort sollicitant le dos.
  • C’est étonnant, mais combien vrai : le repos est totalement déconseillé, il peut être un facteur aggravant le mal de dos. Au contraire, il est vivement recommandé de faire de l’exercice physique, car ce sont les muscles qui soutiennent la colonne vertébrale. La gymnastique, le yoga et la natation sont les meilleures pratiques pour conserver un dos en bon état. Sans oublier les indispensables étirements, à réitérer tant que possible.
  • En cas de fortes douleurs, la prise d’analgésiques de niveau I peut apporter un soulagement.

Si les douleurs sont récurrentes, un suivi thérapeutique s’impose.
N’hésitez pas à solliciter un avis médical !



© Fiftyandme 2022