pneumonie

La pneumonie, ce grave danger pour les plus de 65 ans

Après les risques sanitaires liés à la canicule, voici désormais le retour de ceux liés au froid, à l’humidité glacée. Et dont certains peuvent conduire à des complications sévères. Voire à la mort pour les plus de 65 ans et des personnes déjà fragilisées. Il en va ainsi de la pneumonie. A ne surtout pas prendre à la légère.

Publié le

Reading Time: 2 minutes

Cette fois, la mauvaise saison a bien débuté. Avec la pluie, la fraîcheur et son cortège de maladies synonymes de passage en pharmacie. Les rhumes, les bronchites, les grippes vont débuter. Avec leurs complications, dont la pneumonie (ou pneumopathie). Une maladie qui touche trois fois plus les personnes âgées. Bactérienne ou virale, la pneumonie résulte souvent de complications liées à d’autres pathologies, comme la bronchite ou la grippe.

Quels sont les symptômes de la pneumonie ?

Votre premier réflexe à adopter sera de consulter sans tarder un médecin. Il s’agit d’une urgence médicale quand la pneumonie touche un patient âgé. Dans presque tous les cas, une radiographie du poumon sera ordonnée pour établir le bon diagnostic. La pneumonie, décrite comme typique ou atypique, est généralement caractérisée par ces éléments :

  • Toux sèche puis grasse, avec sécrétions.
  • Fièvre
  • Frissons
  • Douleurs thoraciques
  • Maux de tête
  • Confusion générale
  • Grande fatigue et dégradation de l’état général.

Selon le médecin urgentiste Gérald Kierzek, « une pneumonie nécessite une hospitalisation dans quelque 50% des cas. »

De l’importance des vaccins

Pour éviter les risques de pneumonie, il existe le vaccin antipneumococcique. Conseillé par les médecins pour les personnes de plus de 65 ans. A réaliser tous les cinq ans.
Même recommandation pour le vaccin antigrippal. Médecin généraliste, le docteur Jean-Paul Plancquaert conseille vivement la vaccination à ses patients âgés de plus de 65 ans. « Cette vaccination annuelle ne peut être que bénéfique pour les personnes plus âgées, donc plus fragiles. Elle permet d’éviter ces complications liées à la grippe et à l’origine d’une mortalité déjà accrue par le grand froid. » Quand faut-il la réaliser ? « Cette année, la période idéale de vaccination s’étend du 15 octobre au 15 décembre. » Autant savoir.

S’assurer d’un mode de vie sain

Pour éviter autant que possible la pneumonie et ses conséquences, quelques simples dispositions peuvent déjà diminuer les risques :

  • Limiter le tabagisme. Le fait de fumer, même modérément, réduit le bon fonctionnement des poumons et, par la même occasion, les fragilise face aux multiples infections.
  • Avoir une bonne hygiène. Protéger les aînés passe aussi par des mains propres, l’utilisation de mouchoirs jetables, des pièces chauffées mais bien aérées, un contact évité avec des malades.
  • N’oubliez pas de bien manger, de bouger et de s’aérer. Une bonne façon de lutter contre le risque d’être malade et de renforcer son système immunitaire.

Prévenir vaut mieux que guérir. Un lieu commun, certes, mais d’autant plus important avec la pneumonie et les plus de 65 ans. Quelques conseils prodigués valent mieux qu’un adieu.