5 questions que l’on se pose sur la ménopause

Reading Time: 4 minutes

3. Le dosage de la FSH est-il également d’application  en cas de contraception hormonale ?

Absolument, puisque, sous contraception hormonale, les règles sont soit absentes, soit – si vous prenez une pilule avec interruption de sept jours entre deux plaquettes – artificielles. Vous ne pouvez donc pas vous fier à vos cycles pour savoir si vous êtes ménopausée ou non. Avec une pilule combinée 21 jours + 7 jours d’arrêt, la prise de sang sera faite le dernier jour de l’interruption afin que le taux de FSH ne soit pas faussé par les œstrogènes de la pilule. Si vous prenez une pilule œstroprogestative en continu, votre médecin vous mettra sous contraceptif à progestatif seul pendant un mois avant de mesurer votre taux de FSH. Si vous utilisez un stérilet à la progestérone, par contre, le test sanguin peut être réalisé à tout moment.

4. Combien de temps dure la ménopause et quels sont ses symptômes ?

Selon une étude récente de la Société belge de la ménopause, 61 % des femmes la considèrent comme une période passagère, 44 % pensant qu’elle ne dure que 3 à 5 ans et 17 % 1 ou 2 ans seulement. C’est évidemment une erreur qui montre combien, malgré sa fréquence, la ménopause reste un phénomène mal compris. La ménopause, en effet, n’est pas une période transitoire dans la vie d’une femme, mais un statut définitif : avec l’augmentation de la longévité, vous allez passer plus d’un tiers de votre vie en ménopause ! Ce qui peut être transitoire, en revanche, ce sont les symptômes de la ménopause.

Symptômes physiques et psychologiques se combinent. Principaux symptômes physiques : bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, perte de fermeté de la peau, sécheresse vaginale, prise de poids, changement dans la répartition des graisses, pilosité anarchique, troubles du sommeil, diminution de la masse osseuse, troubles cardiovasculaires. Principaux symptômes psychologiques : déprime/dépression, changements d’humeur, irritabilité, diminution de la libido.  Bon à savoir : selon les statistiques, un tiers des femmes ménopausées ont besoin d’un accompagnement, sinon d’un traitement, un tiers n’ont que des symptômes légers, soulagés par l’exercice et l’hygiène de vie, et un tiers n’ont aucun problème.

Vous avez dit bizarre ?

Contrairement à ce que vous pourriez croire, les bouffées de chaleur ne déplaisent pas à toutes les femmes. « J’aime bien mes bouffées de chaleur, affirme Céline. C’est comme un grand nettoyage ! » « Au tennis, quand la bouffée de chaleur arrive, je frappe plus fortement la balle, constate Maryvonne. Je déborde d’énergie ! » « Les bouffées m’ont rendue plus chaude, plus sensuelle », assure même Michèle. Comme disait Obi-Wan Kenobi,  tout est question de point  de vue !

5. Je me croyais protégée contre les maladies cardiovasculaires, mais il paraît qu’avec la ménopause, c’est fini…

Le fait est que les œstrogènes naturels sécrétés par la femme non ménopausée ont un effet protecteur sur la fine membrane qui tapisse la paroi interne des artères : l’endothélium vasculaire. Or, cette membrane sécrète toute une série de substances bénéfiques qui dilatent les artères et freinent la progression de l’athérosclérose, c’est-à-dire la formation, dans les artères, de dépôts graisseux, qui sont la cause principale des maladies cardiovasculaires. C’est pourquoi, en règle générale, les femmes ne développent une maladie cardiovasculaire qu’avec un « retard » de dix ou quinze ans sur les hommes. Mais, à la ménopause, cette protection cesse et notre facteur de risque ne tarde pas à rattraper celui des hommes !

Ces 5 questions sont tirées de Ménoptimiste, un livre exceptionnel qui donne – avec légèreté – une mine de renseignements essentiels sur la ménopause.

Ménoptimiste, écrit par Marie-Françoise Dispa et illustré par Karo Pauwels aux Editions Racine est disponible dans toutes les bonnes librairies et sur le site internet www.racine.be

Cet article vous a plu ? Vous aimerez également « Pour ou contre le traitement hormonal lors de la ménopause ? ».


© Fiftyandme 2022