bouffées de chaleur

Le fitness peut-il prévenir les bouffées de chaleur ?

Pour venir à bout des bouffées de chaleur, on est prête à tout !  Surveiller son alimentation, dérégler le thermostat de la maison, arrêter de fumer… Mais saviez-vous qu’un peu de sport suffirait à prévenir les bouffées de chaleur ?

 

Reading Time: 2 minutes

Recherches à l’appui !

Se maintenir en forme à la cinquantaine est essentiel… pour se sentir mieux dans sa peau, éviter la fonte musculaire, soulager les articulations, prévenir les maladies cardiaques, maintenir la solidité des os, garder son poids sous contrôle. Mais aussi, d’après une récente étude, pour éviter les bouffées de chaleur pendant la ménopause ! Des chercheurs de l’Université de Linköping (Suède) ont fait un test sur une soixantaine de femmes. Toutes concernées par les bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes légères à sévères. Ces femmes ont été divisées au hasard en deux groupes. Un groupe s’est vu présenter un programme d’entraînement sportif, tandis que l’autre groupe n’a pas eu à faire d’exercices physiques. Aucune des participantes n’avaient déjà fait de la musculation.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Dans le groupe qui a fait 3 séances par semaine de 45 minutes d’entraînement musculaire (exercices de musculation et de résistance corporelle), les bouffées de chaleur se sont considérablement améliorées. Au début de l’étude, les femmes qui ont suivi l’entraînement musculaire ont rapporté une moyenne de 7 à 8 bouffées de chaleur par jour. Après 15 semaines, le nombre de bouffées de chaleur a diminué de moitié. Dans le groupe qui ne s’est pas entraîné, la fréquence des bouffées de chaleur demeure inchangée. Preuve en est qu’il est temps de chausser ses baskets !

Diminuer la fréquence et l’intensité des bouffées de chaleur grâce au sport

Bien entendu, une étude sur un groupe de soixante personnes n’est pas statistiquement représentative. Néanmoins, cette approche peut être une alternative valable à l’hormonothérapie, par exemple. Ces résultats prometteurs montrent clairement que cette approche est une piste pour les femmes qui ne peuvent ou ne veulent pas suivre un traitement hormonal. Toutefois, les chercheurs recommande de s’y mettre progressivement et sous supervision. L’entraînement à l’aide de poids et d’haltères doit se faire crescendo pour apprendre les bonnes techniques et éviter les blessures. L’objectif n’étant absolument pas de se lancer dans le bodybuilding mais bien de développer et d’augmenter votre résistance… pour « écarter l’ennemi ».