pellicules

Les pellicules, un problème présent à la ménopause

De petits grains blancs répandus sur le beau bleu marine de votre pull. Des pellicules qui témoignent souvent d’un dérèglement du cuir chevelu, physique ou psychique. Fifty & Me vous explique tout.

Reading Time: 2 minutes

Si le sujet relatif aux pellicules n’a rien de sexy, force est de constater sa nuisance et sa présence à la ménopause. Un souci de plus à gérer, que l’on n’aime pas évoquer entre copines. Des pellicules qui peuvent, heureusement, être réduites voire éliminées avec quelques gestes à adopter et une meilleure qualité de vie. Explications.

Les pellicules, de quoi s’agit-il ?

Les pellicules sont générées par le champignon Malassezia. Il dérègle le renouvellement cellulaire de votre cuir chevelu. Avec comme conséquence la formation de squames puis de pellicules. Il en existe deux variétés. Sèches, ce sont celles que l’on évacue d’un revers de main rageur sur un vêtement. Elles surviennent généralement en cas de dessèchement excessif de la peau. Quant à celles que l’on qualifie de grasses, jaunâtres, elles restent attachées au cuir chevelu. Elles sont plus fréquentes chez celles qui ont tendance à avoir le cheveu gras.

Quelles sont les causes possibles ?

Il est à préciser d’emblée que les pellicules ne sont nullement liées à un manque d’hygiène. Que du contraire. Bien souvent c’est un excès de shampooing qui va déclencher une irritation du cuir chevelu, et donc la formation de pellicules. Une formation de pellicules qui répond à des facteurs multiples. Psychiques comme le stress ou la fatigue. Médicaux, comme des allergies, un excès de sudation ou une peau grasse. Sans oublier l’environnement qui peut agir aussi sur les cheveux. Comme l’excès d’alcool et de tabac, la pollution, des carences alimentaires ainsi que des produits de beauté non adaptés.

La ménopause, propice aux pellicules

Période délicate dans la vie d’une femme, la ménopause s’accompagne souvent de la formation abondante de pellicules. Des bouleversements hormonaux qui fragilisent les cheveux. Une solution consiste à privilégier une alimentation équilibrée et la prise de vitamines aux effets positifs pour la bonne santé capillaire : A, B6, C et E. Au printemps, la période est idéale pour la prise d’une cure de compléments alimentaires.

Comment éliminer les pellicules ?

En premier lieu, il est indispensable de limiter les lavages de cheveux. Un à deux par semaine suffiront. Un avis professionnel sera bienvenu pour choisir le bon produit lavant. De préférence à base de produits naturels (comme du romarin ou du saule). Après lavage, procéder à un bon rinçage (à l’eau tiède) et éviter l’usage d’un sèche-cheveux s’avèrent deux conseils à suivre. Si un massage des cheveux est bienvenu, la modération est de rigueur dans les gestes. Tout comme l’usage de brosses et peignes trop durs, qui endommagent le cuir chevelu.

Lors d’une production anormale de pellicules, parfois liée à certaines pathologies, comme le psoriasis, une visite chez le dermatologue s’impose. Pour la prescription de lotions adaptées (à base de corticoïdes) et d’huiles essentielles (à la sauge ou au romarin, par exemple).


© Fiftyandme 2021