doppelbanging

Pratiquez-vous le doppelbanging ?

Chacun a sa méthode et ses préférences pour dénicher le bon partenaire. Avec un physique souvent pris comme modèle : le sien. Un comportement qui porte un nom : le doppelbanging. Mais de quoi s’agit-il ?

Reading Time: 2 minutes

Qui se ressemble s’assemble dit-on bien souvent face à un couple composé de deux partenaires qui se ressemble furieusement. Physiquement ou mentalement. Un couple qui pratique le doppelbanging sans le savoir. Un comportement très fréquent et à la mode sur les réseaux sociaux.

Je m’aime donc je t’aime

Le doppelbanging. Encore un nouveau mot, extrait du langage amoureux utilisé sur les réseaux sociaux. Un jeu de mots dérivé du verbe to bang (coucher avec quelqu’un) et du mot allemand doppelbanger (sosie). Ce comportement se retrouve notamment sur TikTok et Instagram, avec des profils spécialisés. Si la curiosité vous titille, rendez-vous sur le compte Instagram @siblingsordating où les couples similaires se présentent. Le jeu consiste à deviner si l’on a des couples composés de frères et sœurs ou de partenaires rassemblés par un effet de ressemblance troublant.

Le doppelbanging ? Un comportement amoureux qui consiste à ressentir de l’attirance pour quelqu’un qui nous ressemble. Pour une relation d’un soir comme pour construire une liaison plus sérieuse et durable. La quête pour un partenaire qui serait un « autre-moi » en quelque sorte. Et très populaire sur les sites LGBTQIA, où le doppelbanging a réellement débuté. Cette volonté de trouver son double peut être volontaire ou pas. Elle peut se baser sur le physique mais aussi sur la personnalité. Une recherche source de confusion, avec un comportement qui peut être qualifié également d’homophile (aimer son semblable).

Une pratique rassurante, fréquente

Ce doppelbanging répondrait, selon les études disponibles, à un comportement humain naturel : chercher ce qui nous rassure et nous permet de rester dans notre zone de confort. Et les jeux de l’amour ne font pas exception. Il est en effet plus facile d’être attiré par quelqu’un qui nous ressemble et qui nous semble familier. Ce qui explique pourquoi chacun a tendance à chercher un sosie avec qui développer une relation sentimentale. Un comportement, assimilé à un jeu de miroirs, étudié depuis quelques années. En 1987, déjà, une étude a été publiée sur le site Springer et relative à la convergence physique des époux. Une étude (en anglais) disponible en ligne (https://link.springer.com/article/10.1007/BF00992848), qui démontre combien la ressemblance physique entre époux augmente au fil du temps de l’union. Un doppelbanging, souvent qualifié de narcissique, et au succès grandissant parmi les célibataires à la recherche de partenaires. De quoi remettre en doute l’assertion qui veut que les opposés s’attirent.

Un doppelbanging qui ne peut que rappeler le tube de Jean Schultheis chanté en 1981, Confidence pour confidence, « aimez-moi mais confidence pour confidence, c’est moi que j’aime à travers vous. »


© Fiftyandme 2022