cinétose

La cinétose, c’est quoi ?

En voiture, en bus ou en avion, nombreuses sont celles qui n’apprécient pas pleinement le trajet. En cause, la cinétose. Des troubles physiques qui rendent pénible le moindre voyage. Bénins, certes, mais désagréables. Explications.

Reading Time: 2 minutes

Les voyages forment et entretiennent la jeunesse dit-on. Pour la majorité d’entre nous certainement. Mais pour certains, la lecture d’un gps, d’une carte ou le seul fait de se trouver assis dans un mode de déplacement provoque le déclenchement de différents symptômes plus ou moins conséquents. Ceux qui composent le mal des transports, appelé aussi cinétose et naupathie. Fréquent parmi la population féminine adulte. De quoi s’agit-il ? Comment y faire face ?

La cinétose en bref

Pour simplifier le phénomène, soulignons que le mal des transport est généralement lié à un souci de coordination entre la vue et l’audition (à l’origine de l’équilibre). Sans pouvoir gérer les informations contradictoires qu’il reçoit simultanément, notre cerveau déclenche alors un phénomène de défense habituellement rencontré lors d’un empoisonnement : des nausées, des vomissements. Plus les mouvements du bateau, de l’avion ou de la voiture seront brusques et répétés, plus le mal des transports sera ressenti.

Quel est le public cible ?

Un mal des transports qui touche davantage les femmes et les enfants de 2 à 12 ans. Il concernerait environ 40% de la population. Pour l’anecdote, la cinétose était très fréquente au sein des équipages des premiers vols spatiaux. Elle dépasse aussi le comportement humain pour toucher certaines espèces animales. Dont le chat, qui déteste voyager.

Des symptômes communs

Pour les personnes atteintes, les soucis de santé liés au mal des transports débutent rapidement après le départ. Il s’agit de nausées pouvant conduire aux vomissements, des troubles de l’équilibre, de la pâleur, de la fatigue, des vertiges ou des crises de panique. Fort heureusement, ces symptômes disparaissent spontanément après l’arrivée à destination.
Certains éléments extérieurs peuvent déclencher ou aggraver les troubles. Comme la chaleur, des vêtements trop serrés, la promiscuité dans le mode de transport voire des odeurs (de transpiration, de tabac ou de parfum).

Que faire pour vous soulager ?

Face à la cinétose, certains conseils préventifs se révèlent utiles à suivre :

  • Eviter de lire lors du trajet (livre ou tablette)
  • Ne pas boire d’alcool et limiter au maximum la consommation de sucreries
  • Tenter de dormir durant le trajet.
  • Regarder droit devant vous, avec l’horizon comme cible. Très efficace lors d’un voyage en bateau
  • Ne jamais partir l’estomac vide
  • Prendre l’air très régulièrement
  • Ne pas fumer ou voyager dans les volutes de tabac.

Côté pharmacopée, il existe des médicaments spécialement étudiés contre le mal des transports. La scopolamine, notamment, pour les voyages en bateau. L’homéopathie vous offre aussi quelques produits efficaces. Comme le gingembre, utile contre les nausées, ou le cocculus indicus 9 ch. Un dérivé de la coque du Levant, un arbuste asiatique. A consommer à titre préventif, soit cinq granulés avant le départ.