pleasure mapping

Le pleasure mapping, pour mieux (re)découvrir son désir et son corps

Beaucoup de soucis liés à notre vie sexuelle proviennent de la méconnaissance des zones du corps liées au plaisir. Un obstacle balayé par le pleasure mapping. Une nouvelle pratique à succès.

Reading Time: 2 minutes

Et si l’on renonçait aux pratiques sexuelles trop routinières ? Pour prendre les chemins de traverse et innover. Comme avec le pleasure mapping. Une pratique incarnée par cet anglicisme au succès croissant sur les forums. Et que l’on pourrait traduire par la « cartographie du plaisir. » Mais de quoi s’agit-il ? Explications.

Le pleasure mapping en bref

Cette cartographie du plaisir appartient sans conteste à cette mode du soft sex, devenue très tendance. Pas de positions acrobatiques ni de chrono déclenché pour atteindre l’orgasme. La recherche de performance n’a pas lieu ici. Que du contraire. Le pleasure mapping reste guidé par la curiosité, celle exprimée pour le corps humain et ses sources de plaisir. Concrètement, il se pratique nu, et permet de jouer à l’explorateur. Tous les sens en action. La quête de l’orgasme n’est pas le but premier, même si l’atteindre in fine constitue la cerise sur le gâteau. Le succès du pleasure mapping réside dans les sensations ressenties, plus jouissives. Puisque l’on joue sur des zones érogènes qui n’ont pas été très utilisées auparavant. Et propres à chacun, selon sa sensibilité. La pratique peut être réalisée en solo, pour mieux connaître les endroits qui apportent du plaisir, ou à deux. Comme des préliminaires à une relation ludique.

Et en pratique ?

Face à cet anglicisme prometteur de bonnes choses, par où commencer ? La réponse est apportée par la sexologue Annie Desroches : « premier point à suivre, prendre son temps et oublier ce besoin de performance en amour. Avec le pleasure mapping, il est important de redécouvrir la patience, la lenteur dans la relation intime. Il convient d’explorer le corps. Tant masculin que féminin. Oui, on connaît tous les zones érogènes principales : seins, sexe, fesses, cou… Mais avec cette pratique, on découvre d’autres endroits qui peuvent offrir du plaisir. Et rarement utilisés jusque-là. » D’où l’expression de pleasure mapping ? « De fait, oui. On cartographie le corps nu en dressant un itinéraire du plaisir. Avec des étapes synonymes de plaisir. Comme les orteils, le pli du genou voire cette zone toujours taboue : l’anus » ajoute la sexologue.

Bien des avantages pour atteindre le plaisir

Cette cartographie du plaisir permet de varier les pratiques et de ne plus aller directement à l’essentiel pour bien des couples : la pénétration. « Cette voie rapide vers le plaisir, atteint ou pas c’est un autre débat, constitue souvent la raison de la routine qui mine la libido des couples. On fait l’amour rapidement, presque mécaniquement, et on passe à autre chose. Non. Ce n’est pas la bonne méthode. Le pleasure mapping, allié à des jeux coquins que vous déciderez ensemble, permet de prendre son temps. Et découvrir de nouvelles sensations. Une découverte qui peut se faire avec les mains ou avec la bouche, par des baisers appuyés ou frôlés. Tout est bon pour atteindre la satisfaction de votre relation sexuelle, ce moment magnifique, et trop souvent bâclé. » conclut Annie Desroches.


© Fiftyandme 2022