L’orgasme et le sexe après 50 ans: mieux vaut jouir tard que jamais !

Reading Time: 4 minutes

La réponse est en vous

Selon Caroll Gilson, il ne faut pas voir les conséquences de la ménopause comme une fatalité. « La fonction fait l’organe », et si on conserve une activité amoureuse régulière et fonctionnelle au moment des bouleversements hormonaux de la cinquantaine, la qualité de la sexualité est conservée ». C’est même à ce moment-là qu’elle peut s’épanouir et pimenter sa vie sexuelle. Mais pour jouir du chemin défriché vers l’orgasme, encore faut-il résister à la pression sociale – encore une autre – qui pèse sur les femmes.

Caroll Gilson témoigne que « la femme mature qui assume son désir est encore très mal acceptée. Dans l’inconscient collectif, qui réduit toujours la relation sexuelle à la fonction de reproduction, celles qui expriment leur désir, leur sérénité sexuelle, sont montrées du doigt ». Elles sont stigmatisées, traitées de « cougar » si leur compagnon est un peu plus jeune. Comme si l’exploration de la féminité n’était jamais vraiment acquise. Pourtant, le constat de la praticienne est optimiste : « J’ai rencontré des femmes de 50 ans qui après le fréquent bouleversement de la quarantaine – divorce et enfants ados en partance – avaient connu parfois 10 ans de jachère sexuelle, avant de retrouver une vie intime hyper épanouissante, de façon progressive. Il n’est jamais trop tard : libérée de ses complexes et de ses pensées limitantes, on peut jouir comme jamais. »

Elles témoignent…

Madeleine, 56 ans, enseignante

« Si on m’avait posé la question il y a deux ans, j’aurais répondu que bien sûr j’avais déjà eu des orgasmes. Pendant 30 ans, j’ai vécu une histoire de couple et une sexualité que j’estimais tout à fait satisfaisantes. C’est lorsque mon mari m’a quittée, et que j’ai noué une nouvelle relation avec un homme très différent de lui, plus attentionné, plus impliqué, que j’ai enfin compris de quoi me parlaient toutes ces filles : l’orgasme, le vrai, j’étais passée à côté. Mais à la faveur du lâcher prise qui m’avait été imposé par le chagrin immense de la rupture et par le soulagement de trouver des bras pour me réconforter, je me suis amplement rattrapée depuis. »

Brigitte, 71 ans, ex-vendeuse de maroquinerie sur les marchés

« Comme beaucoup de femmes de ma génération, j’ai été élevée dans une école religieuse, avec un tabou absolu des « affaires du corps ». Au pensionnat, on nous disait de nous laver « la zone sale », pour parler du sexe. Ca ne m’a pas aidée à apprécier tous les potentiels de « la zone sale » par la suite. Mais je pense que pour chacune, un déclic peut s’opérer quand on n’en peut plus d’être frustrée. J’ai été mariée 27 ans, et je n’ai jamais aimé faire l’amour avec cet homme pour qui j’éprouvais surtout de la tendresse. Quand j’ai eu 60 ans, très originalement, il est parti avec son assistante. Un jour, sous la douche, sur le coup d’une pulsion, j’ai empoigné le pommeau pour « me chatouiller ». J’ai eu un orgasme fulgurant. Au cours des mois qui ont suivi, je n’ai jamais passé autant de temps dans ma salle de bain, concentrée sur ma « zone sale ». Quatre ans plus tard, j’ai rencontré un autre homme. Le deuxième de toute ma vie.»

Thibault, 59 ans, directeur en ressources humaines

« J’ai toujours eu une vie sexuelle très active et très satisfaisante. Bien sûr, en avançant dans la vie, je ne tiens plus les mêmes performances qu’il y a encore 10 ou 15 ans. Paradoxalement, je les améliore. Le temps des érections spontanées ultra vigoureuses et « interminables » est terminé. Du coup, je me concentre sur un autre aspect du plaisir. La sensualité, et l’éloge de la lenteur. Ça n’est pas une reddition, c’est une adaptation. C’est comme si en n’ayant plus l’âge de courir toute la journée, je me rendais compte qu’en marchant, on apprécie beaucoup plus le paysage ».

En savoir plus sur le sexe à 50 ans

  • « Le secret des femmes », Elise Brune, Ed. Odile Jacob.
  • « Le Salon des confidences, le désir des femmes et le corps de l’homme », ibidem.

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez également “Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe


© Fiftyandme 2021