choisir son sapin

Comment choisir son sapin pour les fêtes ?

Chaque année, c’est le même dilemme qui survient. Faut-il préférer un sapin artificiel ou opter pour un sapin naturel ? Et, dans ce cas, quelle variété choisir ? Pas de stress, Fifty and me vous informe. Car l’achat du sapin doit faire partie intégrante de la fête.

Reading Time: 2 minutes

Comment choisir son sapin ? 

La fête de Saint-Nicolas passée, il est temps de penser au choix du sapin de Noël. L’accessoire indispensable pour des fêtes réussies. Et à ne pas acheter trop tôt. Que choisir ? Un sapin naturel ou artificiel ? Force est de constater que les deux possibilités offrent des avantages mais aussi des inconvénients. Comme la préparation des réveillons et le choix des cadeaux, l’achat du sapin réclame toute notre attention.

Le sapin artificiel, un faux ami ?

A première vue, acheter un sapin artificiel constitue une solution écologique et facile. Il est réutilisable année après année et ne laisse pas d’aiguilles au sol. Soit, mais ce type de sapin génère une empreinte carbone importante (soit environ 8,1 kg de CO2 par an). Fabriqués en Chine, ces sapins doivent traverser mers et océans pour rejoindre votre salon. Son autre inconvénient réside dans son côté artificiel. Il ne réveille aucun souvenir d’enfance. Comme celui de cette délicieuse odeur de sapin naturel qui flottait dans le salon au moment des fêtes.

Un sapin naturel, oui mais lequel ?

Vous l’aurez compris, acheter un vrai sapin constitue sans nul doute un choix digne des fêtes de Noël. Optez, si possible, pour un sapin bien touffu, bien élancé. Dans les jardineries, vous aurez le choix entre un arbre coupé ou vendu avec ses racines. Comme entrée de gamme, l’espèce Picea abies excelsa est souvent sélectionnée. Le sapin de Noël commun, moins cher, mais aussi sujet aux chutes d’aiguilles. Pour un sapin de qualité, optez pour la variété Abies Nordmanniana (ou sapin de Nordmann). Un port magnifique, solide, des aiguilles douces (et non irritantes) et qui ne tombent pas. Même qualité pour le sapin de Serbie ou picea omorika.
Avouons aussi un gros coup de cœur pour l’épicéa du Colorado, appelé aussi sapin bleu.

Des astuces pour une plus longue conservation

Maintenir un sapin en pleine forme durant toute la durée des fêtes réclame quelques dispositions.

  • Evitez de l’acheter trop tôt. Choisissez un sapin fraîchement coupé (acheté dans une jardinerie ou chez le producteur)
  • Ne placez pas le sapin près d’une source de chaleur ni en plein courant d’air
  • Avec un sapin muni de ses racines, veillez à ce qu’elles restent humides
  • Attention au dessèchement du sapin, un danger renforcé davantage si vous y placez des bougies

Et après les fêtes ?

Et quand survient janvier et la fin des réjouissances, que faire du sapin ? S’il est artificiel, il sera démonté et replié au grenier. Pour un sapin naturel, deux options s’offrent à vous. Coupé, il sera récolté et recyclé. Acheté avec ses racines, vous pourrez le planter au jardin s’il n’a pas été acheté trop grand (soit de 80 à 100 cm pour faciliter la reprise). Et en lui laissant la place nécessaire à son développement. Replanté dans de bonnes conditions, votre sapin pourra être réutilisé l’an prochain.