courir avec son chien

Courir avec son chien : la bonne idée !

Avec le printemps revient le temps des bonnes résolutions sportives. L’envie de retrouver la nature et les joies du sport. Comme la course. Mais seule, ce n’est ni drôle, ni sécurisant. Et si vous preniez votre chien avec vous ? Mais une sortie sportive ne s’improvise pas. Votre chien est-il adapté à ce sport d’endurance ?

Reading Time: 2 minutes

Avouons-le, le sport en solo n’est pas toujours agréable. Et pas motivant pour un sou. Et votre partenaire n’a pas toujours le courage ou l’envie d’enfiler les baskets pour marteler le macadam ou les chemins forestiers avec vous.

Qu’importe, il reste un plan B pour combler le vide : le fidèle compagnon à quatre pattes. Qui ne demandera pas mieux de pouvoir se défouler aussi. D’autant plus qu’une vie trop sédentaire peut avoir le même impact sur lui que sur nous : des kilos en trop. Une discipline sportive qui connaît de plus en plus de succès. Prête pour vous y mettre ? Oui, sans doute. Mais votre chien l’est-il ?

Comment préparer son chien ?

Comme pour les humains, une visite médicale peut se révéler bien utile avant de débuter la nouvelle saison. Un petit rendez-vous chez le vétérinaire pour s’assurer de la bonne santé de votre chien n’est pas un luxe. Et profitez-en pour lui demander des conseils sur les dispositions du chien à courir sur de longues distances ou pas.

Certaines races ne sont pas du tout prédisposées à la course. Comme les chiens à nez court, les teckels, les bergers allemands, etc. Préférez un braque, un dalmatien, un lévrier, un labrador ou un setter. Notamment.

Ceci dit, il tient à vous de suivre ces conseils, pour sa santé :

  • Comme pour un humain, le chien doit s’échauffer avant de prendre un rythme soutenu
  • Ne pas lui donner à manger avant la séance, au risque de provoquer de sérieux problèmes de digestion, voire des blessures.
  • N’attachez pas le chien par le cou mais avec un harnais au niveau du dos. Un harnais auquel le chien doit s’habituer avant les sorties.
  • Après la séance, laissez-le décompresser quelques jours et donnez-lui une récompense pour le fidéliser au sport.
  • Choisissez un parcours avec peu de circulation routière et veillez à maintenir le chien à vos côtés si vous croisez des vélos ou des piétons.
  • Le chien doit être adulte pour vous accompagner.

Les avantages de courir avec son chien

Préférer courir avec son animal plutôt qu’un humain offre de nombreux points positifs

  • En premier lieu, le calme et la détente. Pas besoin de devoir vous épuiser à tenter de tenir une conversation en courant. Et de devoir écouter les derniers ragots, les petits soucis racontés par un copain, une copine.
  • Votre chien vous laissera profiter de ce rare moment où vous n’aurez pas à parler.
  • Il ne vous poussera pas à vous dépasser, à accélérer le tempo ou à le ralentir. Il s’adaptera à vous. Ou vous à lui. Mais il n’y aura pas d’esprit de compétition. Juste le plaisir de courir.
  • Par ailleurs, sans verser dans la peur, la présence d’un chien peut être rassurante si vous courrez dans des endroits isolés.
  • Enfin, le fait de courir seule avec votre chien va renforcer davantage la connivence entre l’animal et vous.
  • Si vous êtes célibataire, le chien sera aussi votre meilleur ambassadeur pour d’éventuelles rencontres. L’expérience le montre, la présence d’un animal pousse à la conversation.

Bon, faisons fi de tout bavardage supplémentaire, voici venu le temps de mettre ces conseils en pratique. Par bon ou mauvais temps, qu’importe. Il faut bouger. Et Médor vous en sera reconnaissant ! Il sera également votre meilleur coach.

Et comme le chantait le groupe Magic System, il faut « bouger, bouger ».