cerveau au repos

10 bonnes habitudes à prendre pour mettre son cerveau au repos

Pour mieux fonctionner, notre cerveau a besoin de repos. Une denrée rare dans le brouhaha quotidien d’un monde en pleine effervescence ! Si la retraite spirituelle n’est pas à la portée ou au goût de tout le monde, ces quelques astuces simples devraient vous aider à vous mettre sur PAUSE … et ainsi préserver votre cerveau (et, par la même occasion, votre état de santé globale).

Reading Time: 2 minutes

Trouver le bouton STOP

Faire plusieurs choses en même temps, courir tous azimuts, consulter son smartphone en moyenne 221 fois par jour (selon une étude de 2016)… La suractivité place l’organisme dans un état de stress permanent. Résultat ? On est en état d’alerte, le rythme cardiaque augmente, les tensions musculaires s’installent, notre taux de cortisol est en hausse… Et on s’épuise aussi bien mentalement que physiquement. Sachant que les tensions musculaires ont une incidence sur les émotions et que les ondes cardiaques influencent la fonction cérébrales (et vice-versa), on vous laisse mesurer l’ampleur du désastre à long terme.

Nos solutions ? 

  • Profitez d’une pause de 10 minutes toutes les 90 minutes 
  • Réapprenez à respirer en pratiquant la cohérence cardiaque 3 fois par jour
  • 10 minutes par jour de méditation ou de relaxation

Fermer les yeux

Télévision, ordinateurs, tablettes, phares, … Nos yeux sont trop souvent soumis aux lumières bleues et artificielles qui, à terme, modifie la chimie de notre cerveau.  Cette exposition a un impact direct sur notre sommeil et donc sur la qualité du repos de notre cerveau.

Nos solutions ?

  • Clignez des yeux ! Ce réflexe à tendance à s’estomper devant un écran. Pensez-y !
  • Contemplez des paysages naturels… et non un mur de béton.
  • Si votre emploi du temps le permet, octroyez-vous une sieste ou fermez les yeux quelques minutes.

Mettez-vous sur silence !

Marteaux-piqueurs, klaxons, sirènes d’ambulance, sonnerie de téléphone,… l’oreille, n’ayant pas de paupière, est constamment au garde à vous ! Pour prévenir les dangers potentiels, le cerveau sécrète en abondance des hormones stimulantes (cortisol, catécholamines)… La pollution sonore peut avoir des répercussions sur notre moral comme sur nos défenses immunitaires.

Nos solutions ?

  • Ecoutez de la musique classique (Mozart a la cote pour ses effets bénéfiques sur la fonction cognitive) ou les sons apaisants de la nature ( le chant des oiseaux, le bruissement du vent dans les feuillages, le clapotis des vagues…)
  • Promenez-vous en forêt ou essayez la sylvothérapie