sommeil

Ce vendredi 15 mars, le sommeil est roi

En cette journée internationale du sommeil, profitons-en pour souligner ses bienfaits et a contrario, les risques encourus face au déficit d’heures de sommeil. Comme pour d’autres sujets liés à la santé, tout le monde n’est pas égal face au sommeil. Face aux gros dormeurs, certains ne dorment pas assez et mettent en danger leur santé. Et vous ? Comment dormez-vous ? Et combien de temps ?

Force est de constater que notre vie trépidante, stressante, tant sur le plan personnel que professionnel, n’aide pas à acquérir et garder un sommeil de qualité.  Cette période de la journée qui constitue pourtant environ un tiers de notre vie.

S’ajoute encore la tentation que nous avons tous de passer du temps sur tablette ou pc avant de dormir. Pour lire nos mails, pour regarder une série, puis une autre… Sans oublier non plus que l’âge qui s’avance diminue notre faculté à passer des nuits complètes. Dès la cinquantaine, le nombre d’heures de sommeil se réduit comme peau de chagrin.

Pour atteindre de 5 à 6 heures en moyenne. Et ce malgré notre envie de s’abandonner avec délice dans les bras de Morphée. Selon les études publiées sur le sommeil, le constat est identique : nous dormons mal et surtout pas assez.  Avec quelque 80 % de la population adulte qui dort moins que les 7h30-8 h conseillées.

Cette journée internationale du sommeil peut (doit) vous aider à prendre conscience de son importance et à corriger vos mauvaises habitudes.  Pour se réapproprier le bonheur de bien dormir. Et surtout de maintenir une bonne santé.

« Dormez, je le veux », comme le sifflait le serpent Triste Sire dans Robin des Bois ! Un dessin animé resté culte pour les quinquas. A revoir avant de vous mettre au lit ce soir ?

Quels risques pour un sommeil de mauvaise qualité ?

Qu’il soit trop court en nombre d’heures ou de mauvaise qualité, un sommeil peu réparateur présente de nombreux risques pour notre santé. Jugez-en :

– Troubles de l’humeur durant la journée. Irritabilité, baisse du moral, somnolence, oublis. De quoi nuire à votre efficacité au bureau ou dans l’exécution de vos tâches quotidiennes.

-Réduction des défenses immunitaires

– Augmentation des risques cardio-vasculaires

– Baisse de la production hormonale

– Réduction de l’élimination des toxines

– Baisse de la température corporelle

– Tendance à la prise de poids, conséquence de la perturbation du métabolisme lié au sucre et au grignotage pour se remonter le moral.

– Problèmes de concentration

– Augmentation de peptide bêta-amyloïde dans le cerveau. Selon l’université Washington de Saint-Louis, cette molécule néfaste pourrait favoriser la dégénérescence des neurones, dont la maladie d’Alzheimer.

Les remèdes pour mieux dormir

Si vous avez conscience de manquer de sommeil, une étape importante déjà franchie, des solutions existent pour corriger le tir et vous aider à retrouver le plaisir de bien dormir. Pour garder une santé au beau fixe et une attitude bien plus dynamique au quotidien. Tant avec vos collègues que vos petits-enfants qui demandent assurément 100% d’énergie disponible. Que faire pour récupérer une bonne hygiène du sommeil ? Quelques conseils à suivre :

–   Limiter voire supprimer la consommation d’alcool avant de dormir. S’il donne l’impression de pouvoir s’endormir plus vite, il provoque surtout un sommeil agité, bien peu réparateur. Un faux-ami à éviter. Tout comme les sodas, le café.

–  Même constat pour l’usage des écrans avant de se mettre au lit. La lumière bleue des écrans agit sur le processus d’endormissement. Des gadgets à remplacer par la lecture d’un bon roman ou l’écoute de musique douce.

– Manger léger et pas trop tard dans la soirée

– Essayer de se mettre au lit dès les premiers symptômes de fatigue. Et se coucher chaque jour à la même heure.

–  Avoir un bon lit, des draps accueillants peut aider à bien s’endormir. Dans une chambre fraîche et, pourquoi pas, avec des plantes qui aident à dormir. Comme la lavande.

– Eviter le sport dans la soirée