vaginose

Qu’est-ce que la vaginose bactérienne ?

Faites-vous partie de ces 20% de femmes atteintes par la vaginose ? Une infection féminine à ne pas négliger, et qui se soigne rapidement. Qu’en est-il ? Comment l’éviter et la traiter ?

Reading Time: 2 minutes

Au cœur de l’intime

Même pour une femme moderne, les soucis liés à son intimité restent encore et toujours un sujet tabou qu’il lui est difficile d’affronter. Une zone qui constitue bien souvent son talon d’Achille. Théâtre de dérèglements et de pathologies parfois douloureuses. Et toujours désagréables. Comme la vaginose bactérienne, souvent liée à des images fausses, comme le manque d’hygiène intime. Qu’en est-il ? Comment l’éviter et la traiter ?

Petite définition de la vaginose

La vaginose bactérienne se déclenche généralement par le dérèglement de la flore vaginale avec un remplacement des bonnes bactéries par d’autres, aux noms abscons (mobiluncus, mycoplasma hominis…). Et responsables des symptômes rencontrés (ou absents selon les cas). Dont une perte malodorante, et en plus grande quantité que la normale et quelques démangeaisons. La vaginose ne provoque pas de douleur du fait de l’absence d’inflammation. Enfin, elle fait pas partie de la liste des maladies vénériennes (MST).

A quoi sert la flore vaginale ?

Elément central de la vaginose, la flore vaginale est constituée de micro-organismes composés de (bonnes) bactéries (dont les plus connues, les lactobacilles) qui permettent au vagin de conserver une bonne protection contre différents agents pathogènes. Une protection assurée par ces hôtes (présents à 95% dans la flore) qui maintient le ph vaginal en équilibre, soit entre 4 et 4,5. Un taux très acide qui assure la bonne protection de l’intimité féminine. C’est le dérèglement de cet équilibre qui ouvre la porte aux infections.

De bons réflexes pour limiter l’infection

Certains gestes à adopter au quotidien peuvent éviter l’apparition d’une vaginose, ou du moins limiter ses effets. Le principe de base est de maintenir la flore vaginale en équilibre.

  • Utilisation de savons neutres pour maintenir le pH du vagin acide. Les produits trop parfumés sont à bannir. Comme les douches vaginales.
  • Limiter si possible tout état de stress et de fatigue extrême.
  • Renoncer ou limiter au maximum le tabac
  • Eviter les sous-vêtements trop serrés. En été, retirer dès que possible le maillot mouillé.
  • Faire l’amour reste possible mais la présence de sperme dans le vagin peut accélérer voire aggraver les dérèglements de la flore.
  • Votre médecin pourra décider d’un examen des bactéries intimes, ce que l’on appelle le test à la potasse.

Quel traitement suivre?

Fort heureusement, cette infection bactérienne se soigne aisément et ne dure généralement pas très longtemps. L’affaire de quelques jours à une semaine. Comme pour tout problème de santé, l’automédication est déconseillée. Une visite chez le gynéco s’impose. Pour vous rassurer, mais aussi pour poser le bon diagnostic et éviter que la vaginose ne s’aggrave. Notamment pour la femme enceinte, plus à risques. Généralement un antibiotique accompagné d’un gel antibactérien seront prescrits. Un traitement prévu pour une semaine, qu’il faudra sans doute poursuivre ultérieurement car la vaginose est souvent chronique.