saignements ménopause

Saignements lors de la ménopause: est-ce normal ?

Nous sommes nombreuses à nous plaindre de saignements abondants surgissants en pleine ménopause. Si, à l’aube d’une étape clé de la vie, ces symptômes peuvent s’avérer être des plus ordinaires, ils peuvent parfois révéler des problèmes de santé à ne pas prendre à la légère. Explications.

Reading Time: 1 minute

Aussi appelé « métrorragies post-ménopausiques », les saignements vaginaux abondants sont très fréquents après 50 ans. Et pour cause: l’arrêt définitif de vos menstruations est imminent ! Si vous n’avez plus eu la visite de vos règles de manière consécutive depuis ces 12 derniers moise, cela signifie clairement que vous entrez dans le cycle de la ménopause. Mais si des saignements se poursuivent un an après l’arrêt des règles, ces manifestations sont peut-être le signe que quelque chose ne tourne pas rond…

Plusieurs causes possibles

C’est grave docteur ? Dans le doute, il vaut toujours mieux consulter. D’autant plus que ces saignements peuvent avoir plusieurs causes possibles, des plus bénignes aux plus graves  :

  • Un traitement hormonal de substitution non adapté ou mal dosé.
  • La présence d’un ou plusieurs polype(s) utérin(s) : il s’agit de petites tumeurs bénignes qui se forment au niveau de l’endomètre.
  • L’existence de fibrome(s) utérin(s).
  • Un kyste de l’ovaire caractérisé par des saignements et des douleurs pelviennes.
  • Une infection vaginale.
  • Une inflammation (endocervicite) ou une pathologie bénigne du col (ectropion…).
  • Une atrophie (amincissement) de la muqueuse vaginale qui peut entraîner des microlésions et assécher la muqueuse vaginale. Les rapports sexuels peuvent dès lors être plus douloureux et provoquer saignements et douleurs.
  • Un cancer de l’endomètre ou du col de l’utérus ou encore un cancer de l’ovaire.

Que faire en cas de saignements ?

Pas d’affolement ! Avant d’émettre un jugement sur votre état de santé selon les symptômes détectés, prenez la peine de consulter votre médecin traitant ou de rendre une petite visite à votre gynécologue en lui expliquant les faits. Prenez vos précautions et faites un frottis ou des examens plus approfondis. Votre médecin vous rassurera ou établira un traitement selon les besoins.