sécheresse intime

Sécheresse intime et ménopause : une fatalité ?

Difficile à évoquer sans gêne, la sécheresse intime est très fréquente parmi les femmes. Ménopausées ou pas. Un inconfort qui n’est pas seulement difficile à avouer mais également à vivre au quotidien. Pourtant, il existe des solutions pour la calmer, la traiter et retrouver une vie intime plus épanouie.

Reading Time: 3 minutes

La sécheresse intime, inconfortablement fréquente

À l’approche de la ménopause, nombreuses sont les femmes à subir cette sécheresse intime appelée également atrophie vaginale, souvent provoquée par des dérèglements hormonaux. Ses symptômes sont connus : des démangeaisons, des irritations et des douleurs lors de la pénétration et après les rapports sexuels. Un souci féminin qui peut mettre à mal le désir, l’envie de sexualité. Selon les statistiques rendues disponibles par les gynécologues, une femme sur deux serait touchée, à des degrés divers, par cette pathologie douloureuse qui ne doit pas être prise à la légère.

Le fait de la traiter en automédication avec les produits vendus en pharmacie ou dans les grandes surfaces ne doit pas exclure une visite chez un spécialiste. Que du contraire. Cette situation d’inconfort peut mener en effet à diverses infections urinaires. Et à une diminution drastique de la libido, par peur des douleurs engendrées lors des pénétrations vaginales. Non décidément, ce sujet tabou ne doit pas être négligé. Ni pour votre santé, ni pour celle de votre couple. Pour ne pas laisser un souci médical réduire à néant une vie sexuelle épanouie. Celle qui doit encore accompagner les femmes de 50 ans et plus. Des solutions existent. Dont la première, la plus évidente mais aussi la plus difficile à choisir : en parler à son médecin et à son partenaire. Des hommes qui connaissent de mieux en mieux les soucis féminins. Plutôt une bonne nouvelle. Petit tour d’horizon de ce problème intime, avec ses causes et ses remèdes. En cas de sécheresse intime, réagissez !

Quelles sont les causes principales de la sécheresse intime ?

  • L’usage de savons, gels liquides parfumés. Tous sont à proscrire. Ils contiennent bien souvent des produits chimiques qui peuvent irriter les muqueuses vaginales. Accordez votre préférence à des produits naturels. Par ailleurs, trop d’hygiène n’est guère favorable à la bonne santé de la muqueuse vaginale.
  •  Si vous pratiquez la natation, évitez de longues séances de nage en eau chlorée, le chlore
    jouant un rôle desséchant bien connu.
  •  L’usage d’alcool, de tabac en grande quantité
  •  Une hydratation trop faible. Faut-il encore répéter que boire beaucoup d’eau est capital pour conserver une bonne hydratation du corps. Et notamment des muqueuses.
  •  La prise de certains médicaments. Comme ceux consommés dans le cas de rhume, les antidépresseurs ou les médicaments contre l’acné.
  • La diminution des hormones féminines à la ménopause, ce qui induit une diminution de la lubrification de la muqueuse vaginale. Le vagin est alors plus fin et plus sensible aux infections.
  •  Le port de vêtements trop serrés

Quels remèdes privilégier ?

Avant de choisir un remède plutôt qu’un autre, le conseil d’un médecin ou celui d’un pharmacien est recommandé. Pour éviter d’aggraver la situation avec des produits peu adaptés ou dangereux mais aussi pour avoir le produit le plus efficace. Il peut être nécessaire de tester plusieurs produits pour connaître le soulagement recherché.

  • Des compléments à base d’isoflavones de soja. Des substances qui imitent le rôle joué par les estrogènes dans l’organisme.
  • La prise d’omega 3 qui augmentent la lubrification. Où les trouve-t-on ? Dans les poissons gras notamment, les algues, l’huile de colza ou dans des compléments disponibles dans le commerce.
  • Des traitements hormonaux que votre gynécologue vous proposera. Des traitements pris sous forme de patchs, de comprimés, de gels ou d’ovules.
  • L’usage de crème hydratante, mais qui va davantage agir en externe, contrairement au lubrifiant.
  • Du lubrifiant doux à appliquer dans le vagin pour l’hydrater et assurer des rapports sans douleur. La gamme est vaste et là aussi, le conseil d’un spécialiste peut s’avérer utile.
  • De nouvelles techniques voient désormais le jour comme l’usage du laser. Concrètement, il s’agit d’un tube enfoncé au fond du vagin et qui brûle les muqueuses déshydratées pour permettre la formation de nouvelles muqueuses jeunes et hydratées.

 

Vous aimerez aussi ? Les 10 commandements pour une bonne hygiène intime


© Fiftyandme 2021