konjac

Le konjac, un excellent coupe-faim naturel

La belle saison n’est plus très loin et voici que revient ce marronnier dans la presse féminine : la ligne et les régimes. Et si l’on misait cette année sur un aliment minceur venu d’Asie ? Le konjac, bien plus présent dans l’assiette de la femme moderne. Mais de quoi s’agit-il ?

Reading Time: 2 minutes

Ne le nions pas, le télétravail pratiqué depuis des mois s’accompagne bien souvent de grignotages intempestifs. Comme un réconfort nécessaire. Efficace, sauf pour la ligne féminine. Il existe heureusement des alternatives pour combler ce besoin de manger. Dont la consommation de konjac. Parfaite pour remplacer avantageusement ce copieux plat de pâtes ou de riz mangé sur le pouce au déjeuner.

De quoi s’agit-il ?

Omniprésent dans la cuisine asiatique, le konjac (famille des aracées) est un tubercule utilisé en Chine et au Japon depuis le 18e siècle pour ses vertus médicinales. Chez nous, il a fait son apparition au début des années 2000. Dans la plante, ce sont les racines qui sont utilisées pour leurs vertus bénéfiques.

Du konjac que l’on trouve aisément dans les rayons asiatiques des grandes surfaces ou dans les magasins spécialisés.

Pourquoi son étiquette de coupe-faim bénéfique ?

Connaissez-vous le glucomannane ? Une fibre soluble présente en grande quantité dans le konjac, soit à concurrence de 40%. Un gélifiant qui va tapisser les parois de l’estomac pour accélérer l’effet de satiété. Et si l’on mange moins, on prend moins de calories. Tout bénéfice donc pour la ligne. Et sans devoir se priver, cet exercice difficile pour la quinquagénaire, qui apprécie généralement la bonne chère.

Quels sont les bienfaits du konjac ? 

Plusieurs points positifs pour une bonne santé sont liés à une consommation (modérée) de konjac :

  • Peu calorique avec à peine 5 calories par 100 g.
  • Absence de gluten
  • Effet positif en cas de maux de ventre et de constipation de par la présence de fibres (à 70%)
  • Régulation du taux de mauvais cholestérol (LDL)
  • Diminution de la pression artérielle
  • Détoxifiant naturel par élimination des toxines dans l’organisme
  • Diminution du taux de glucose, donc excellent allié en cas de diabète
  • Antidote à une intoxication alimentaire. Un effet à l’étude.

Comment le consommer ?

Le konjac peut être préparé sous forme de nouilles, de pâtes, de vermicelles ou de riz rond (excellent en risotto). Autant de variations qui s’accompagnent d’une petite sauce pour leur donner ce goût qui fait défaut au konjac, naturellement insipide. Utilisé sous forme de chips, le konjac surprendra vos hôtes à l’apéritif. Du konjac qui se présente aussi sous forme de poudre ou de gélules, compléments alimentaires disponibles en pharmacie et parapharmacie.

Peu de contre-indications

Comme pour tout, une consommation excessive n’est pas conseillée. Laxatif naturel, trop de konjac risque de provoquer des ballonnements ou de la diarrhée. Un excès à l’origine, dans les cas rares, d’hypoglycémie. Pour éviter toute carence en vitamines et en minéraux, la prise de konjac doit se faire au sein d’un menu équilibré. A savoir aussi que le konjac absorbe jusqu’à 100 fois son poids en eau.

En cas de diabète ou de prise de médicaments, un avis médical sera toujours réclamé avant la consommation.


© Fiftyandme 2021