hangxiety

Quand l’alcool mène à l’hangxiety

Vous aimez faire la fête jusqu’aux petites heures ? D’accord, mais gare aux effets du lendemain qui vous feront déchanter. Dont l’hangxiety, la compagne de votre gueule de bois.

Reading Time: 2 minutes

Qui n’a pas envie d’oublier, le temps d’une soirée passée entre amis, la période troublée que nous connaissons ? Mais un excès d’alcool risque de se payer chèrement le lendemain. Avec un phénomène connu sous l’anglicisme d’hangxiety.

L’hangxiety ? De quoi s’agit-il ?

L’hangxiety, contraction des mots hangover (gueule de bois) et anxiety (anxiété) pourrait (mal) se traduire par l’anxiété de la gueule de bois. Elle désigne cette sensation de mal-être vécue après une consommation d’alcool. Avec des conséquences physiques (nausée, migraine, vertiges…) classiques, mais aussi psychologiques. Dont de l’anxiété et de fortes angoisses. La gueule de bois provoque l’augmentation des effets de l’hormone du stress, le cortisol. Un cortisol en hausse qui s’accompagne dans le même temps de la baisse de la dopamine. Connue sous le nom d’hormone du bonheur et capable d’agir sur la régulation de l’anxiété. Le corps va réagir également par l’augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle.

L’alcool, ce traître

Faux ami, l’alcool semble être capable d’effacer les soucis d’une mauvaise journée et d’apporter détente et bien-être. Pour provoquer cet état d’apaisement, l’alcool bloque ainsi les émetteurs d’excitation logés dans le cerveau. Dont le glutamate, à l’importance liée à la création de souvenirs. Un mécanisme qui explique donc ce sentiment de ne se souvenir de rien après une soirée arrosée. Les effets apaisants de l’alcool effacés, l’angoisse revient à la charge. Avec ce cercle vicieux de consommer de l’alcool pour la contrer.

Quels sont les symptômes de l’hangxiety ?

Selon une étude (1), ce phénomène d’hangxiety toucherait quelque 12% de la population. Mais à des degrés divers. Certains ne ressentiront presque rien et d’autres subiront des crises majeures de panique et d’angoisse. En fonction des prédispositions naturelles à l’anxiété. Les symptômes ressentis comprennent notamment :

  • Un sentiment de remords
  • De la nervosité, voire de l’irritabilité
  • Un souci de concentration
  • De la léthargie
  • De la déprime et de la tristesse
  • Une perte de mémoire à court terme
  • Des idées noires ruminées en permanence
  • Des douleurs thoraciques liées à l’angoisse
  • Des crises d’épilepsie possibles.

Comment réagir face à l’hangxiety ?

Pour éviter les effets pervers de l’hangxiety, la réponse la plus évidente serait de se passer d’alcool. Mais les choses ne sont pas si simples, et plus encore en ce qui concerne la vie en société. Où l’alcool permet de jouer sur la désinhibition. Le lendemain de fête arrosée, la meilleure solution consiste à se réhydrater, à dormir mais aussi à procéder à des exercices de relaxation. Une période de réadaptation qui varie de un à deux jours. Un temps de récupération lié à l’âge. Plus long à 50 ans qu’à 20. Force est de le reconnaître.

Attention, si vous souffrez de problèmes d’alcool, faites-vous aider, ici notamment. 


© Fiftyandme 2022