vin rouge

Foires aux vins : La sélection de vins rouges d’Eric Boschman

Tout ce qui coule n’est pas or, c’est bien connu. Lors des grandes dégustations organisées par certaines enseignes pendant les foires aux vins, les clients ont le plaisir et le bonheur de pouvoir goûter tout ou presque ce qui est proposé dans les catalogues. Mais, l’instinct grégaire aidant, l’homme de moins en moins sapiens au fur et à mesure que s’allonge le temps de dégustation sera tenté d’en mettre plein la vue à ses petits camarades et donc décidera d’acheter bien plus que ses besoins, voire que ses moyens. Faire de bonnes affaires, ce n’est pas forcément acheter ce dont on n’a pas besoin.

 

Reading Time: 4 minutes

Est-ce moins cher de l’autre côté de la frontière ?

Bon nombre d’entre nous se sent pousser des ailes à l’idée de piloter un caddie dans les hypermarchés proches de nos frontières. Les vins, les alcools, les champagnes sont moins chers, ces produits ne sont pas soumis aux mêmes accises ni au même taux de TVA. Si l’on ajoute à ce contexte l’augmentation importante de nos accises il y a deux ans, on arrive à une baisse des ventes de l’ordre de 10 % sur le marché national, soit plus ou moins 35 millions de bouteilles, ce qui signifierait une diminution importante de la consommation per capita qui se situerait aux alentours de 25 litres/an. Mais ce chiffre est largement à relativiser, du moins au niveau de la consommation intérieure, car il est impossible de comptabiliser les achats transfrontaliers. Quel que soit le pays qui nous entoure, les taxes, sur les boissons alcoolisées ou non, y sont inférieures aux nôtres. Mais, tout n’est pas question seulement de prix, il y a aussi, et c’est ce qui sauve le commerce chez nous, l’originalité de la proposition. Si les Belges sont majoritairement fidèles aux vins de France et parmi eux aux Bordeaux, il n’y a quand même pas loin de 40 % du marché occupés par les vins d’Europe et du reste du Monde. Les acheteurs de nos grandes chaînes font un boulot de sélection remarquable, c’est une bonne nouvelle pour tout le monde.

Voici quelques exemples, histoire d’apaiser votre soif en regardant les feuilles tomber…

Primitivo Salento IGP 2016

100 % Primitivo – Lidl – 3,99 € – 15/20

Un excellent rapport prix/plaisir, indéniablement. Carton plein si j’ose écrire. Il y a du fruit à volonté, des épices (du poivre), de la matière. Les tannins sont bien mûrs et ronds. C’est moyennement long en bouche. Bref, c’est une tuerie ! Et à ce prix-là, il y a de quoi faire pleurer quelques amis confits dans leurs certitudes.

vin rouge