petit-déjeuner

Une bonne journée débute au petit-déjeuner

Le matin, au lever, chacun a ses habitudes. Gagner de précieuses minutes et faire l’impasse sur le petit-déjeuner. Ou, au contraire, prendre le temps pour se confectionner un premier repas copieux. Une seconde catégorie à rejoindre, même si la faim n’est pas présente. Nous vous expliquons pourquoi.

Après une nuit passée sans rien absorber, votre organisme réclame son dû pour fonctionner de façon optimale. Vous n’avez pas d’appétit au moment de quitter le lit ? Forcez-vous ! Car sauter ce repas capital pour l’organisme peut être source de divers maux. Dont la petite fringale du milieu de matinée. Souvent synonyme d’apport en sucre, le réflexe le plus simple (et le plus nocif) pour l’apaiser.

Pour les femmes de plus de cinquante ans, l’alimentation se révèle capitale pour préserver une santé. Sauter le repas que les spécialistes qualifient de plus important dans la journée peut entraîner des troubles comme les maladies cardiovasculaires, du diabète de type 2, de l’ostéoporose et une réduction des défenses immunitaires. Passée la cinquantaine, les besoins en calcium et en protéines d’une femme se rapprochent de ceux des enfants et des ados en pleine croissance. Il est donc capital de revoir ses priorités le matin et de se mettre à table.

Les avantages du petit-déjeuner

Pour une fois, la pub a raison. Manger au petit matin rend heureux. Entre l’odeur du thé ou du café, une bonne table booste le départ au boulot ou une journée à consacrer aux enfants. Le petit-déjeuner constitue aussi le moment idéal pour se ressourcer et évacuer ce petit stress bien présent chaque matin. Petit-déjeuner, créateur de bonne humeur ? Certainement. Mais pas seulement.

  • Il permet de s’éviter les multiples grignotages qui risquent de survenir avec un départ à froid, avec l’estomac vide.
  • Manger le matin constitue aussi un atout minceur. Moins de sucreries, de biscuits seront consommés au fil de la matinée. Pour éviter le grignotage, buvez. De l’eau. Ou mangez un fruit durant la pause. Un kiwi, une banane, une pomme.
  • Un corps bien rassasié permet aussi d’être plus efficace jusqu’au repas de midi. Fini ce coup de barre qui débarque entre 10 et 11 heures.

Que mettre à table ?

A chacun ses goûts, sucrés ou salés, mais en gardant ces éléments indispensables :

  • Une boisson chaude. Un thé, une infusion ou une tasse de café noir. Et sans sucre. On peut aussi se choisir un peu de citron dans un verre d’eau chaude.
  • Des céréales pour un apport en glucides (de 30 à 45 gr). Au choix, du pain complet ou des céréales complètes. Avec, pour les sucrés, un peu de confiture maison, de miel ou de chocolat sans huile de palme. Bannissez certainement toutes les confitures et pâtes chocolatées industrielles.
  • Un laitage pour l’apport en protéines. Un yaourt nature, accompagné, pourquoi pas, d’un peu de confiture ou de sirop d’érable. La part conseillée de 25 à 30 gr peut aussi se retrouver dans un œuf ou de la viande. Un apport en labné (plat oriental à base de lait fermenté) est conseillé pour son apport en protéines et son aide à la digestion. Le problème souvent rencontré au sein des femmes de plus de 50 ans.
  • Un fruit, pour les fibres.