L’olfactothérapie ou comment les odeurs peuvent nous soigner

Reading Time: 4 minutes

La présence et l’intention

La science de l’olfaction est en pleine évolution. De nombreuses indications d’huiles essentielles sont déjà bien identifiées. Prenons l’exemple de la vanille, utilisée dans certains centres de néonatologie. La diffusion de cette fragrance, véritable ancrage olfactif universel, dans la couveuse des nourrissons permet de réduire de plus de 50 % les apnées centrales les plus sévères.

Dans certaines unités de soins palliatifs, encadrée par des protocoles précis mis en place en collaboration avec l’équipe médicale, paramédicale et la direction des soins, l’utilisation des huiles essentielles a été initiée pour lutter contre les odeurs désagréables. Puis elle a été étendue au soulagement de certains symptômes comme les nausées, les troubles digestifs, l’anxiété, les troubles du sommeil ou les affections de la muqueuse buccale.

Si la diffusion d’odeurs peut apporter une atmosphère plaisante à un lieu, son influence et ses effets sont encore plus importants sur l’esprit dès lors que l’on prend le temps de les ressentir.

« L’olfactothérapie est bien souvent le premier contact que le consommateur aura avec le monde odorant et passionnant de l’aromathérapie scientifique. Le consommateur commence généralement à diffuser des huiles essentielles pour son confort et son bien-être puis, mesurant l’impact de ces substances, le voilà enclin à les employer pour le massage et par la suite à les utiliser pour se soigner tel un médicament ».

La jungle des diffuseurs

En olfactothérapie, différentes techniques coexistent (mains en cathédrale, aromastick, mouchoir, diffusion atmosphérique) à tester avec une ou plusieurs huiles essentielles et à des doses plus ou moins concentrées, en fonction de l’effet recherché.

« Il existe de nombreux diffuseurs d’huiles essentielles sur le marché mais seules deux technologies peuvent garantir toutes les propriétés des huiles essentielles. Les diffuseurs à sec, d’un fonctionnement silencieux et fiable, utilisent une pompe à air qui vient pulser l’air à la surface d’un tube de Venturi rempli d’huile essentielle par capillarité. Il diffuse donc une concentration moléculaire importante mais ne provoque pas d’humidification couplée. Les diffuseurs d’huiles essentielles par ultrasons sont d’un fonctionnement sûr, ils humidifient l’air par la diffusion d’huiles essentielles pures dans une brume aromatique froide générée par les ondes ultrasoniques. Tous les autres instruments chauffants (type brûle parfum) ne peuvent revendiquer que la seule création d’une ambiance olfactive.

En savoir plus : « Guide pratique d’Aromathérapie : la diffusion » par Dominique Baudoux.

Quelques huiles essentielles incontournables en olfactothérapie

-L’huile essentielle de Pamplemoussier contre les pulsions sucrées

Sa fragrance délicate et amère vient saturer les neurorécepteurs olfactifs en apportant un effet de satiété. Respirer profondément son odeur en cas de pulsions sucrées peut permettre de diminuer sa dépendance.

-L’huile essentielle de Bois de rose pour une note d’optimisme

Son parfum rosé et énergétique procure à l’olfaction un effet positivant en cas de morosité. Il permet également d’augmenter la concentration.

-L’huile essentielle de Verveine citronnée pour une harmonie familiale

Son parfum bien connu, facilite l’harmonie sociale et permet de se libérer par la parole sans rester bloqué dans ses frustrations ou idées pessimistes.

Bon à savoir

La diffusion et la respiration des huiles essentielles ne permettent pas d’exploiter toutes les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles dispersées dans l’atmosphère.

« Les huiles essentielles en diffusion sont une voie privilégiée pour libérer certains blocages émotionnels ou pour contrer des phénomènes d’addiction. »

« Comme une invitation au voyage, l’olfactothérapie permet d’en intégrer l’état d’esprit d’autant plus profondément qu’on ait accepté de la laisser entrer en nous. Une huile essentielle ne peut être efficace que si on aime sa fragrance. »