amitié

Avec le temps, l’amitié se réduit pour se mieux se renforcer

Force est de le constater, la kyrielle d’amis que nous avions à l’adolescence s’est réduite comme peau de chagrin au fil du temps. L’expérience de la vie et les années sont passées par là. Avec le besoin également, passée la cinquantaine, de resserrer son cercle amical pour mieux en profiter.

Publié le

Reading Time: 2 minutes

Etrange paradoxe que celui des relations humaines d’aujourd’hui. Alors que les réseaux sociaux, Facebook en tête, nous font miroiter l’importance d’accumuler les amis (virtuels le plus souvent), les plus de 50 ans ont de plus en plus tendance à remettre de l’ordre dans leur groupe d’amis. Non pas pour exprimer la volonté d’un repli sur soi, pour vivre en reclus. Non, plutôt comme l’image de ce jardin que l’on a laissé pousser au fil des années. Avec des plantes devenues envahissantes, des arbres si grands qu’ils occultent la lumière du soleil. L’amitié demande parfois d’être nettoyée elle aussi, pour ne garder que l’essentiel. Et savourer pleinement le résultat : davantage de sincérité et de similitude dans la vision de la vie.

La qualité de l’amitié avant la quantité d’amis

Avec les années qui passent, l’insouciance de l’adolescence, celle qui nous amenait à composer une sorte d’auberge espagnole, est révolue. L’âge aidant, on tend à élaguer les relations pour ne garder que celles qui sont les plus productives, qui apportent ce dont nous avons réellement besoin quand les années défilent : de l’authenticité, de la stabilité.

Bien entendu, il vous faudra vous préparer à subir les critiques, parfois cash, voire les quolibets de vos enfants, petits-enfants. De jeunes chrysalides qui n’ont pas encore assez d’expérience pour comprendre vos désirs. Passez outre. Vous froisserez peut-être aussi certaines de vos relations, larguées comme des amarres avant un départ. Oui, sans doute. Certains quinquagénaires aussi, restés plantés sur les rives de l’adolescence pour ne pas vouloir vieillir. Des adulescents qui prendront part aux moqueries. Soit.

Avec le temps (comme le chantait Léo Ferré), le nombre d’amis se réduit. Ceux que nous garderons seront ceux qui nous ressemblent, partagent nos envies, nos choix de vie, nos goûts. Et cette amitié recréée sera plus forte, plus intense. Car réellement choisie.

Des amis présents pour le pire et le meilleur

Et si vous éprouvez de la difficulté à les sélectionner, les épreuves de la vie se chargeront bien souvent de vous les désigner. Ces amis seront peu nombreux, mais ce seront ceux qui compteront pour vous assurer d’une bonne santé émotionnelle.

Leur présence, rassurante, ne manquera pas de vous rappeler ces vers célèbres de Shakespeare dans la pièce Henry V, « We few, the happy few, we band of brothers… » (De nous, cette poignée, cette heureuse poignée d’hommes, cette bande de frères).