Tout savoir sur le développement personnel après 50 ans

Reading Time: 6 minutes

Être créateur de sa vie

… et être libre de choisir ! Seul ou accompagné, faire un petit bilan de ses aspirations les plus profondes. Pas forcément simple quand on a été habitué à vivre en fonction des autres pendant (plus) de 50 ans. Et ça continue, me soufflez-vous ! Bien sûr, il y a les enfants qui ont eux-mêmes des enfants et qui comptent sur vous pour garder les petits…

Bien sûr, il y a les parents vieillissants qui sont de plus en plus dépendants et qui comptent sur vous AUSSI…

Génération carrefour considérée comme repère des jeunes et des vieux mais qui a plus que jamais besoin de poser ses limites pour respirer, vivre, et donc, mieux… donner ! On l’aura compris, retour sur soi ne veut pas dire repli égoïste. C’est au contraire très altruiste… On n’a que faire d’une (grand)-mère amère ! On n’a que faire d’une femme aigrie ! On n’a que faire d’une fille grognon ! La solution ? Tant qu’à être le phare des navires en dérive, donnons-nous les outils pour que cette lumière qui émane de l’intérieur agisse comme véritable repère.

A nous les conférences, lectures, ateliers et stages qui nous donnent des racines et des ailes !

Se reconnecter à son élan créateur, sentir ce qui est juste pour soi et OSER être soi ! Tout en continuant son chemin de relation avec ceux que l’on aime. Là non plus, ce n’est pas toujours simple. Parce qu’il faut naviguer entre son envie de faire plaisir et son désir de SE faire plaisir. En réalité, les deux sont liés. Pour autant que l’on soit clair avec soi et avec les autres. La communication non violente selon Marshall Rosenberg et la méthode ESPERE de Jacques Salomé sont d’excellents outils pour clarifier ses besoins et ses sentiments.

 Le meilleur de soi, après 50 ans

« J’aimerais bien, mais je continue à me laisser dévorer par mon entourage… » Avec un psy ou un coach de vie, on peut aussi démêler cet écheveau de sentiments et émotions contradictoires qui nous empêchent d’aller vers soi.

Guy Corneau, psychologue canadien, dans un de ses ouvrages « Le meilleur de soi » (Editions Robert Laffont) nous livre de façon magistrale quelques secrets pour débusquer notre élan créateur et surtout l’autoriser à s’exprimer. Etre créatif ne veut pas dire « faire joli » mais sortir de ses tripes qui on EST en profondeur. La créativité peut revêtir mille et une formes. Libre à vous de réaliser enfin ce rêve de peindre, chanter, danser, écrire,… même si ce désir a été freiné par le passé par des remarques du genre « tu chantes faux », « rentre ton ventre »,  « tu dessines comme un pied ». Lâcher ce regard critique fait un bien fou ! Allez les plus de 50 ans (j’ai encore du mal avec l’appellation « senior » ), lâchez prise, bon Dieu ! Et faites-vous plaisir ! Question de confiance et… de beauté intérieure.