4 conseils pour se (re)mettre au sport

Se mettre au sport ? Ou s’y remettre ? Toutes les excuses sont bonnes, y compris la peur d’abandonner ! Pourtant, entretenir son corps est beaucoup moins douloureux qu’il n’y paraît. Cela peut aider à se dépasser soi-même, à retrouver confiance en soi et même à se relaxer.

Reading Time: 2 minutes

Pour beaucoup, le premier avantage du sport est… le plaisir! Chaque séance sportive représente à la longue un véritable moment de bonheur que l’on consacre à soi : l’objectif n’est pas la performance, ni les muscles à tout prix, mais plutôt le bien-être et la santé. Mais comme pour toutes les bonnes résolutions, le plus dur, c’est de s’y remettre. Les quelques conseils ci-dessous devraient vous y aider.

Choisissez bien votre environnement

Réfléchissez bien à l’environnement et à l’entourage de votre pratique sportive. Ne vous inscrivez pas d’emblée dans une salle de sport. Certains sont rebutés par une ambiance qu’ils trouvent narcissique et ne persévèrent pas. Pour d’autres c’est la seule formule capable de s’adapter à leurs horaires. Les activités de groupe seront préférées pour la convivialité et l’atmosphère presque familiale. D’autres auront besoin de leur séquence évasion en solitaire qui permet au sportif débutant de progresser à son propre rythme avant de rejoindre un groupe. En pratiquant un sport seul, impossible également d’invoquer l’indisponibilité d’autrui pour faire l’impasse sur une séance d’entraînement…

Commencez doucement

Evitez de vous entraîner de manière obsessionnelle. Décidez d’un objectif pour les prochains trois à six mois, un but que vous pouvez réellement atteindre. Il n’est pas réaliste, en effet, si vous optez pour le jogging, de vous fixer le marathon. Vous avez le droit d’être ambitieux, bien sûr. Certains ne sont motivés que par la difficulté, d’autres au contraire reculent si la barre est trop haut. Seule compte votre motivation : retrouver la forme et la garder. Voici quelques objectifs réalistes long terme : perdre cinq kilos en cinq mois, pouvoir courir dix kilomètres ou nager 25 longueurs endéans les 6 mois.

Si vous voulez avoir rapidement le sentiment de progresser et qu’un semestre vous paraît trop long, raccourcissez les échéances. Exemples : être capable de courir, à la fin de la semaine, un kilomètre de plus qu’aujourd’hui ; durant le mois qui vient, faire au moins une heure de vélo chaque semaine ; se tenir à quatre demi-heures de « stepper » par semaine…

Achetez le bon équipement

Faire du jogging en sandales est inconfortable mais aussi dangereux. Faire du tennis avec une raquette qui a traîné des années dans le grenier est très ingrat. Vous ne devez pas dépenser des fortunes pour pratiquer votre sport mais offrez-vous un équipement de base correct.

Surmontez votre ennui !

N’ayez pas peur si vous vous ennuyez les premiers jours ou les premières semaines. Soyons réaliste : si vous avez laissé dormir votre corps pendant des années, il protestera lorsque vous recommencerez à le faire travailler. C’est normal. L’idée qu’il faut souffrir pour progresser est fausse mais dans la première période qui suit l’inactivité, éprouver de légères difficultés est tout à fait normal. Au tout début de l’entraînement, de petites douleurs articulaires peuvent apparaître : celles-ci ne doivent pas inquiéter. Avant de démarrer, il suffit de faire quelques étirements des articulations qui vont travailler. Si une douleur survient néanmoins, les sportifs professionnels conseillent de se tortiller pour la faire passer. Elle peut correspondre à des coincements ligamentaires ou une mauvaise répartition de la synovie dans l’articulation. Rien de grave. Ces problèmes vont se dérouiller rapidement. Dans le cas contraire, ne forcez pas.

Une petite visite chez le médecin s’impose

Passé 35 ans, il est recommandé de subir un électrocardiogramme d’effort avant de reprendre le sport. Le moteur doit être en bon état pour doubler son nombre de tours par minute.

Vous aimerez aussi ? Le sport, fontaine de jouvence pour le cerveau ? 

 


© Fiftyandme 2021