trouble bipolaire

Comment faire face aux troubles bipolaires ?

Une humeur qui change régulièrement, pour passer de l’exaltation à la baisse de régime drastique et des idées noires. Le résumé des symptômes d’une personnalité bipolaire. Plutôt pénible à vivre. Et tout autant pour l’entourage.

Reading Time: 2 minutes

Quand l’humeur est déréglée

Le voile du tabou se déchire peu à peu sur ce que l’on nommait auparavant maniaco-dépression et trouble bipolaire aujourd’hui. Une pathologie qui débute généralement avant 25 ans et présente à vie dans quelque 90 % des cas. Une maladie qui touche hommes et femmes sans distinction.

Un mal incurable qui se caractérise principalement par une variation répétitive de moments d’euphorie et de dépression sévère. On estime à 1,2% le pourcentage de personnes atteintes dans la population.

Des troubles bipolaires qui peuvent mener à des tentatives de suicide et se conjuguer à d’autres maladies. Cardio-vasculaires, notamment. De quoi réduire l’espérance de vie de quelque 10 ans.

Les origines du mal

Les études menées n’ont pas encore pu déterminer les origines certaines du développement de la maladie. Tout au plus dispose-t-on de pistes de recherche. D’un point de vue biologique, des anomalies constatées dans les neurotransmetteurs du cerveau peuvent conduire au développement de ces troubles.

Par ailleurs, le risque d’un individu d’être atteint par le trouble bipolaire augmente en cas de présence constatée au sein de la famille.
S’ajoutent aussi des causes environnementales qui peuvent déclencher la maladie. Des événements traumatiques vécus dans la jeunesse, comme un décès mal vécu, ou de forts moments de stress.

Quels sont les symptômes fréquents ?

Ils peuvent parfois être confondus avec ceux d’une période de grosse déprime ou de dépression classique. Néanmoins, certains éléments peuvent (doivent) alerter :

  • Perte d’énergie, de l’envie, du plaisir
  • Sommeil perturbé (insomnie ou hypersomnie)
  • Troubles de l’appétit. Manque ou excès.
  • Périodes de dépression prolongée et fort marquée
  • Impossibilité de réfléchir, de se concentrer
  • Retrait de toute vie sociale ou familiale
  • Pensées morbides, suicidaires

Dans les phases euphoriques, les comportements sont inversés :

  • Périodes d’activité débordante, d’excitation cérébrale
  • Achats compulsifs
  • Délires ou hallucinations.
  • Trop plein d’idées
  • Conversation débordante
  • Impression de puissance, de bonheur total

Comment réagir ?

En premier lieu, il convient d’obtenir une assistance. Autour du médecin traitant, un psychologue et un psychiatre doivent conjuguer leur action pour stabiliser l’humeur du patient et éviter les rechutes possibles. Des thérapies, à la fois médicamenteuses et comportementales, vont cibler principalement les causes détectées des changements d’humeur.

Pour les cas plus « lourds », une hospitalisation peut être nécessaire si le malade met sa vie ou celle de proches en danger.