walking therapy

Walking Therapy : un pas en avant pour libérer son esprit

Pour faire face à une 4ème vague, le comité de concertation a voté pour de nouvelles mesures anti-covid… Un durcissement qui n’est pas sans affecter la population. Isolement, stress, anxiété, sentiment d’impuissance ou de révolte… sont amplifiés par cette crise sanitaire qui ne semble plus avoir de fin. Afin de libérer notre esprit, maintenir notre équilibre et/ou permettre d’extérioriser nos sentiments, de plus en plus de psychothérapeutes proposent des séances de Walking Therapy.

Reading Time: 3 minutes

Les bénéfices de la Walking Therapy

Née aux Etats-Unis au début des années 2000 d’après l’ initiative d’un psychothérapeute new-yorkais qui a eu l’idée d’organiser des consultations dans Central Park avec certains de ses patients pressés, la Walking Therapy a rapidement fait ses preuves.

Aujourd’hui, plus que jamais, cette nouvelle forme de thérapie a déjà permis à des milliers de personnes de rebondir. En effet, le Covid a transformé notre manière de travailler, et cela vaut aussi pour de nombreux psychothérapeutes qui s’ouvrent à de nouvelles pratiques pour répondre à une demande en constante augmentation depuis le début de la pandémie.

En plus de permettre un espace de parole thérapeutique et d’éviter un face à face dans un espace clos, la Walking Therapy permet d’avancer côte à côte et de se (re)connecter à la nature. Ces consultations en extérieur ouvrent donc plus de perspectives qu’en restant sur un canapé… Elle permet au corps et à l’esprit de de (re)mettre en mouvement à travers la marche. De laisser les problèmes derrière soi. D’avancer. En effet, ce mouvement (qui génère aussi des endorphines et autres hormones de bien-être) permet aux ruminations de s’estomper et de laisser place à des nouvelles pensées plus constructives. Marcher c’est aussi, symboliquement, découvrir son chemin, emprunter de nouvelles routes, découvrir des endroits où l’on n’osait se rendre, et faire des choix d’orientation.

walking therapy

« Il y a quelque chose d’extrêmement libérateur dans le fait d’être en pleine nature… Certaines personnes vont plus loin, plus vite, qu’elles ne le feraient dans une pièce », explique la psychothérapeute Beth Collier, fondatrice de la Nature Therapy School. « La partie du cerveau qui est responsable des pensées négatives – le cortex préfrontal subgenual – se calme lorsque nous nous connectons à nature, ce qui donne aux gens plus d’espace pour traiter leurs problèmes. » 

Trouver un sens à sa vie

De récentes découvertes neuropsychologiques mettent en avant que les changements s’impriment plus facilement et durablement dans le cerveau lorsque le corps est en mouvement. En outre, la Walking Therapy permet de nous oxygéner et de nous faire pratiquer une activité physique. Marcher dans la nature permet aussi de s’apaiser ou de se dynamiser, en fonction de nos besoins.  Parfois, le rythme des pieds  nous fait entrer dans une certaine forme de méditation, de pleine conscience. Certains pratiquants parlent même d’autohypnose.

Reconnue pour remettre en mouvement les personnes d’humeur déprimée et/ou qui ne trouvent plus de sens à leur vie, cette approche innovante est également efficace pour les personnes anxieuses, pour le burn-out, la gestion des émotions, les questions de réorientation (professionnelle, conjugale, …).

Ne marchez plus seul !

Parmi les différents avantages des consultations en marchant, on retiendra qu’elles permettent de :

  • Parler plus librement et naturellement : marcher facilite la parole, elle rend la thérapie moins formelle, plus naturelle, et parfois, il est plus facile de parler côte à côte que face à face. La promiscuité humanise la relation thérapeutique et permet une communication transversale.
  • Se connecter à la nature et se ressourcer : se recentrer sur le présent, se connecter aux stimuli environnementaux qui font du bien… La marche fait donc office de catalyseur tandis que la nature sert de cadre neutre et bienveillant.
  • Les actions physiologiques sont immédiates : Le corps en mouvement est oxygéné, la circulation sanguine est activée, il produit une dose plus ou moins importante d’endorphines bénéfiques. On entre dans un état idéal pour « se vider la tête ».
  • Imprimer les changements de manière plus efficace dans le cerveau.

Comment se déroule une séance ?

Une séance de Walking Therapy dure généralement une heure. Il est conseillé de vous munir de vêtements adaptés aux conditions climatiques et de porter de bonnes chaussures de marche. Prévoyez également une bouteille d’eau et des mouchoirs. Les séances de walk and talk sont efficaces sur le burn-out, la dépression, les phobies ou toute autre névrose. « Elles réduisent environ de moitié la durée de la cure psychanalytique », estime Jean-Bernard Gauci, qui reçoit aussi en cabinet. « Les randonnées plus longues, elles, soutiennent particulièrement les changements de cap (divorce, deuil, reconversion professionnelle…) ou les difficultés relationnelles.

Envie de souffler ? Besoin de vous vider la tête ? A la recherche d’écoute et de conseils ? Les professionnels de la santé marchent à vos côtés pour votre bien-être ! 

Quelques adresses utiles :

  • www.walkyourmind.com   :Pour une séance de Walk & Talk  près de chez vous ou des randonnées thérapeutiques dans des endroits préservés en Corse, au Sahara, au Connemara…
  • www.jean-baptiste-gregoire.com : Fervent adepte de la walking therapy, Jean-Baptiste Grégoire propose également des thérapies complémentaire dans son cabinet de Waterloo comme le rebirth, l’art therapy ou l’acupuncture.
  • www.walkingtherapy.be : Du côté de Liège, Pierre Gijsen s’est passionné pour la psychothérapie comportementale contextuelle et la Walking Therapy.
  • www.psychologueliege.com Vous préférez papoter entre nanas ? Sarah Schutz vous accompagne dans le Bois du Sart Tilman en région liégeoise.


© Fiftyandme 2022