Quel check-up santé prévoir à 50 ans ?

Reading Time: 8 minutes

3. Je surveille mes os !

L’ostéoporose est une affection courante chez les femmes. Inaperçue au début de la maladie, elle peut devenir très invalidante en raison des fractures et des chutes qu’elle engendre.

Durant les années qui suivent la ménopause, les os perdent en densité osseuse et se fragilisent. Là encore, le déficit en œstrogènes est en partie responsable : privées de ces hormones, les ostéoblastes (les cellules chargées de reconstruire l’os à mesure qu’il se détruit) fonctionnent moins bien. Mais cette déminéralisation est plus ou moins intense d’une femme à l’autre et s’effectue à un rythme très variable.

Qu’est-ce qu’on surveille ? Pour retarder l’apparition de l’ostéoporose et surtout de la première fracture, il est important d’avoir un capital osseux le plus élevé possible. Cela passe par une bonne alimentation dès l’enfance. L’activité physique et une bonne hygiène de vie, sans tabac, préviennent aussi l’apparition de l’ostéoporose. Plus l’ostéoporose est dépistée tôt, mieux elle peut être prise en charge, ce qui permet de prévenir le risque de fracture.

Comment la dépister ? Le dépistage de l’ostéoporose commence par un entretien médical à propos des antécédents médicaux et de l’hygiène de vie. Pour diagnostiquer l’ostéoporose, il faut aussi réaliser une ostéodensitométrie. Il s’agit d’un examen radiologique destiné à mesurer la densité des os. Plus le diagnostic est tardif, plus il est difficile de freiner la maladie. Actuellement, il existe des médicaments pour soigner l’ostéoporose et réduire le risque de fracture, ceux si doivent toujours être associés une alimentation riche en calcium (essentiellement des produits laitiers) et vitamine D et en y associant des compléments nutritionnels de calcium et de vitamine D.

Marcher, faire du jogging, emprunter l’escalier au lieu de l’ascenseur sont d’excellentes manières de renforcer vos os à tout âge

 


© Fiftyandme 2021